Jardin botanique Meise



Plantes introduites

La jacinthe d' eau (Eichhornia crassipes)

La flore d'une région donnée est en constante évolution : des espèces se raréfient ou disparaissent, d'autres espèces les remplacent, soit spontanément par une extension de leur aire de répartition, soit lors d'une introduction volontaire ou involontaire.

D'où les plantes sont-elles introduites?

L'apparition d'espèces exotiques n'est pas un phénomène récent. Au contraire, elle remonte à l'Antiquité. Dès que l'Homme a commencé à se déplacer pour la cueillette et la chasse, il participa de manière involontaire à la dispersion des graines qui s'accrochèrent à lui. Au cours du temps, l'influence de l'Homme sur la flore n'a cessé d'augmenter. Une époque importante est celle des croisades, au cours desquelles, non seulement des épices ont été apportées de l'Orient, mais aussi de nombreuses graines de plantes étrangères. Le coquelicot et le bleuet peuvent être cités comme exemples. Après la découverte du Nouveau Monde en 1492, des plantes sont importées pour la première fois d’autres continents. Les espèces arrivées dans nos contrées après cette année sont appelées néophytes. Les espèces introduites auparavant sont qualifiées d'archéophytes et sont généralement assimilées aux espèces indigènes.

Pourquoi introduit-on des espèces végétales?

Les introductions végétales ont deux origines: elles peuvent être involontaires ou volontaires. Les introductions involontaires sont dues principalement au trafic international de marchandises. Des graines arrivent clandestinement avec les céréales, les minerais, la laine, le bois, etc. D'autres facteurs peuvent également expliquer l'introduction involontaire d'une espèce végétale. Ainsi la cochléaire danoise (Cochlearia danica) qui ne poussait à l'origine que le long du littoral, est actuellement retrouvée à l'intérieur des terres, le long des autoroutes. La raison est l'épandage des sels de déneigement qui a créé une étroite bande de terre avec de fortes concentrations en sel. La plupart des plantes ne peuvent pas y pousser, sauf justement la cochléaire qui apprécie les conditions saumâtres créées dans le sillage des épandeuses. Certaines espèces sont introduites volontairement, en raison de leur valeur ornementale ou utilitaire. C'est le cas des nombreuses plantes de jardin, espèces fruitières et autres plantes utiles.

Les plantes introduites, qui sont-elles ?

La majorité des espèces introduites ne réussissent pas à quitter les jardins où elles sont cultivées; soit elles ne survivent pas à l'hiver, soit elles sont supplantées par les espèces indigènes. La preuve en est que les jardiniers savent qu'ils doivent protéger les plantes cultivées contre les mauvaises herbes qui sinon les envahissent; ces plantes introduites ne constituent donc pas un problème. Certaines espèces introduites réussissent à fleurir et former des graines dans la nature mais elles disparaissent rapidement. On les appelle des adventices. D’autres, souvent en provenance d'une région avec un climat similaire à celui de la Belgique, réussissent à s'établir et à se multiplier comme des plantes indigènes; en d'autres termes, ces espèces se naturalisent. Enfin, certaines espèces introduites peuvent menacer gravement la flore indigène. On les appelle des espèces invasives car elles se comportent comme des envahisseurs dans une nouvelle région.

> En savoir plus sur les plantes invasives

Pour toute information ou réservation, contactez-nous (Tél: 02 / 260 09 70).


Jardin botanique Meise
Domaine de Bouchout
B-1860 Meise