Jardin botanique Meise



Noix de coco
(Cocos nucifera)

  • Arecaceae
  • Origine : Côte ouest de l'Amérique du Sud ou Est de l'Asie du Sud Est
  • Où peut-on les voir dans le Jardin botanique: Dans la serre avec les plantes economiques tropicales "Mabundu" en dans la serre E

Cocotiers en Guyane française

Des plages de sable blanc avec des cocotiers, voilà l'image même du paradis sur terre. Le cocotier est un cadeau des dieux. Presque chaque partie de la plante est utilisée. Dans beaucoup de régions tropicales, l'absence des cocotiers rendrait la vie quasi impossible. En effet, il fournit nourriture, boisson, fibres, couverture des toitures, médicaments, huile, bois, combustible et même ustensiles de ménage.Le nom de "coco" vient de l'espgnol et évoque la ressemblance de la noix avec une face de singe, ses trois trous représentant les deux yeux et la bouche.

Le fruit
La noix de coco telle qu'elle nous est offerte dans les magasins, n'est qu'une petite partie du fruit complet. Le fruit est donc beaucoup plus grand (jusqu'à 30 cm de long et 1,5 kg) et comporte un exocarpe (paroi extérieure) lisse, de couleur vert brunâtre (ceci est l'équivalent de la pelure d'une orange). En-dessous se trouve une couche épaisse fibreuse, brune, le mésocarpe (correspondant à la couche blanche fibreuse de l'orange). Souvent, des restants du mésocarpe sont encore présents sur les noix de coco que nous trouvons dans nos étalages. Enfin, il y a la couche interne du fruit, l'endocarpe (la partie comestible de l'orange), qui est la paroi dure, ligneuse, qui entoure la noix de coco proprement dite. Chaque fruit contient une seule graine. La noix de coco est donc une grande graine entourée de la paroi interne, ligneuse, du fruit. La chair blanche (l'endosperme) de la noix de coco est la réseve de nourriture pour la graine. Le lait de coco liquide fait également partie de cette réserve de nourriture. La couche mince, brune, cassante qui souvent reste attachée à la chair est la paroi extérieure de la graine.

La plante
Le cocotier est un modèle classique de palmier. Le stipe (faux tronc) élancé et non ramifié est surmonté d'une couronne de grandes feuilles pennées. La plante atteint 20 à 30 m de haut et peut vivre jusqu'à 80-100 ans. Le stipe gris porte les cicatrices annulaires des feuilles tombées. Celles-ci peuvent atteindre 6 m de long et sont pennées, avec une nervure centrale très robuste possédant une rainure centrale à la face supérieure. L'eau qui coule sur la feuille est ramenée via cette rainure vers le stipe du cocotier. Le palmier fonctionne comme un énorme entonnoir afin de récolter un maximum d'eau. A la base enflée du faux tronc, il développe une masse importante de racines adventives, qui assurent une bonne fixation de la plante dans le sol et absorbent l'eau nécessaire. La plante est capable de fleurir après six ans. Les inflorescences longues de 2 mètres apparaissent à l'aisselle des feuilles et sont pendantes. Elles portent des fleurs mâles et femelles. Les fleurs mâles sont formées en très grand nombre (200-300) et s'ouvrent bien avant les fleurs femelles d'une même inflorescence. De cette manière, la plante évite l'autopollinisation. Les 20 à 40 fleurs femelles de l'inflorescence s'ouvrent après les fleurs mâles et sont pollinisées par du pollen provenant d'autres cocotiers. Ces fleurs femelles donneront naissance aux noix de coco.

Les noix qui flottent
Les noix grandissent sur le cocotier et après environ six mois, elles tombent. Les fruits entiers peuvent flotter grâce à la partie fibreuse du mésocarpe qui renferme beaucoup d'air. Ceci permet au cocotier de se disséminer le long des côtes de toutes les régions tropicales. Le cocotier peut pousser partout où la température se situe entre 27 et 32 C, où l'humidité atmosphérique est élevée et où le sol est bien drainé. La germination est lente et la première feuille n'apparaît qu'après quatre mois. Pour cela, la paroi rigide de la noix doit être perforée. Cette paroi est plus mince au niveau d'une des trois cicatrices circulaires visibles au sommet de la noix de coco. C'est par là que la première feuille sortira et plus tard, la première racine. Certaines entreprises horticoles vendent de telles noix de coco germées. Cependant, en général ces jeunes plantes meurent très rapidement car les conditions climatiques de nos intérieurs ne leurs conviennent pas. Les premières feuilles formées sont très différentes des feuilles adultes (dimorphisme foliaire). Les cocotiers, comme tous les autres palmiers, ne possèdent qu'un seul point de croissance (méristème). En fait, au début, la plante ne pousse quasi pas en hauteur. Le méristème va d'abord s'élargir. A partir de cette base élargie, le palmier va ensuite commencer à pousser en hauteur et former un faux tronc d'une épaisseur constante, qui ne pourra donc plus s'épaissir par après. A la fin de sa vie, l'activité du méristème diminue et le tronc du palmier devient plus mince.

Emploi
Dans nos régions, la noix de coco se consomme surtout crue. Dans les tropiques, on extrait principalement de l'huile de son endosperme. Cette huile est utilisée en cuisine et dans l'industrie pour la fabrication de savons et de produits cosmétiques. Le "tronc" du cocotier lui-même fournit des matériaux de construction et les feuilles servent à la confection d'objets divers : nattes, paniers, ... Une autre application de plus en plus importante est l'emploi des fibres du mésocarpe. On les utilisait déjà pour fabriquer des tapis, des paillassons et des filets. Les déchets servent de compost et donnent un substrat fibreux et acide, qui a plus ou moins les mêmes propriétés que la tourbe. Cette "tourbe de coco" s'emploie notamment dans la culture des orchidées. La vraie tourbe provient des tourbières acides et pauvres en éléments nutritifs. Ces biotopes se raréfient, non seulement en raison de l'exploitation de la tourbe, mais aussi à cause de l'utilisation excessive des engrais. Les nombreuses espèces animales et végétales qui y sont inféodées, sont menacées d'extinction. En préférant la "tourbe de coco" à la véritable tourbe, on peut ainsi contribuer à la conservation de la nature.

Littérature
Purseglove, J.W. (1972) Tropical crops : Monocotyledons. Longman
Simpson, B.B. & Conner-Ogorzally, M. (1986) Economic botany. Plants in our world. Mc- Graw-Hill

Pour toute information ou réservation, contactez-nous (Tél: 02 / 260 09 70).


Jardin botanique Meise
Domaine de Bouchout
B-1860 Meise