n° 17, printemps 2009

Quoi de neuf au Jardin botanique?

A ne pas manquer

Zoom sur...

La Boutique

Meise, le Jardin aux 18.000 plantes!
Musa est le nom scientifique du bananier.


  • L’année Darwin au Jardin botanique
Il y a 200 ans naissait Charles Darwin, le génial naturaliste.  2009 célèbre également les 150 ans d’une révolution scientifique : la parution de « L’origine des espèces » dans laquelle le savant publie sa théorie de l’évolution.  Darwin y montrait que, chez les espèces, les descendants pouvaient être légèrement différents de leurs parents.  Ainsi, au fil du temps, les espèces peuvent évoluer. Cela signifie que les plantes et les animaux actuels, y compris l’être humain, descendent d’espèces plus anciennes qui les ont précédés. Cette constatation ébranlait la conception religieuse dominante du 19ème s. selon laquelle Dieu avait créé l’univers, parfait et donc fixe, avec toutes les espèces dans leur forme actuelle et définitive. Darwin créait ainsi le cadre de la biologie moderne.  Le Jardin botanique met à l’honneur cette année les découvertes botaniques du savant sur les mouvements des plantes, les orchidées,... Un aspect très peu connu de ce génie hors du commun.  Un programme alléchant détaillé plus loin.


  • Toujours plus de visiteurs au Jardin botanique
120.832: c’est le nombre de visiteurs qu’a accueilli le Jardin botanique en 2008, soit 15.600 de plus que l’année précédente.  Chaque année, depuis dix ans, le nombre de visites augmente, malgré les rénovations en cours.  Les enquêtes montrent que nos visiteurs préfèrent les parties retravaillées du Fruticetum (n° 15 sur le plan),  maintenant agrémentées de couvre-sols, et les serres réaménagées du Palais des Plantes (n° 5 sur le plan).  On constate que la forte augmentation de visiteurs de 2008 a surtout eu lieu en août – 23.000 visites – en lien pour la plupart avec la première floraison en Belgique de l’arum titan.  Cela corrobore le résultat des enquêtes: les visiteurs viennent surtout au Jardin botanique pour découvrir des plantes hors du commun : un voeu parfaitement rencontré avec l’inflorescence géante de l’arum titan !


  • Nouvelle expédition en Antarctique
Les îles situées entre l’Amérique du Sud et l’Antarctique constituent un milieu très riche pour différentes espèces comme par exemple les mousses ou les lichens.  Il s’avère même depuis peu que de nombreuses espèces n’existent que dans ces îles, contrairement à ce qui avait été soutenu jusqu’à présent.  Le Dr Bart Van de Vijver, chercheur du Jardin botanique, étudie des algues microscopiques, les diatomées de l’Antarctique, depuis plus de dix ans. Il a été invité à se joindre en janvier dernier à une expédition internationale, menée sous la bannière espagnole, afin d’étudier la biodiversité de l’île de Livingston, dans les Shetland du Sud, face à la côte de l’Antarctique. Objectif : avoir un meilleur aperçu de la répartition actuelle des diatomées en Antarctique et de son évolution dans le temps, ce qui représente un précieux indicateur des changements climatiques dans la région.  Le Dr Van de Vijver ramena ainsi de sa mission plus de 150 échantillons de diatomées terrestres et aquatiques.  Leur étude montre qu’il a découvert au moins une nouvelle espèce, et les analyses, toujours en cours, sont loin d’avoir livré tous leurs secrets... 


  • Les envahisseurs sont parmi nous

″Invasives″ : ce sont les espèces animales et végétales exportées, volontairement ou non, de leur milieu d’origine et qui peuvent amener un appauvrissement écologique de leur nouvel habitat.  Par exemple, la berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum), le cerisier tardif (Prunus serotina) et la renouée du Japon (Fallopia japonica) : leur vigueur et leur capacité de reproduction éliminent notre végétation spontanée.  Et les invasives ont laissé ″à la maison″ les animaux et insectes qui régulaient leur présence dans leur milieu naturel : une espèce arrive ainsi à coloniser plusieurs hectares, voire des km2. Cette extension incontrôlée pose des problèmes écologiques et économiques, par exemple quand la jacinthe d’eau (Eichhornia crassipes) tue toute autre vie dans un étang ou une rivière en les recouvrant d’un tapis étanche. 

Heureusement, 20 % seulement des plantes ″venues d’ailleurs″ présentent un tel comportement car en Belgique, une plante sur cinq est introduite, par exemple sous forme de graines dans la laine des moutons ou ″échappée de jardins″. Bien conscient des enjeux, le Jardin botanique possède aujourd’hui une excellente équipe de chercheurs dans ce domaine.  Mais n’oublions pas que notre églantier commun (Rosa canina), notamment, arrivé en Australie, y est devenu invasif ! Le problème se situe à l’échelle mondiale, aussi les Nations unies ont-ils choisi le thème des espèces invasives pour la Journée internationale de la Biodiversité, le 22 mai 09.


  • Un nouveau look pour la Serre de l’Evolution

Depuis peu, ce sont de grands panneaux colorés et illustrés qui habillent les murs de la Serre de l’Evolution.  Ils retracent 450 millions d’années de l’évolution du Règne végétal.  Conçus par le Service éducatif du Jardin botanique avec la collaboration de l’équipe scientifique, ils sont agrémentés de magnifiques dessins d’Omer Van de Kerckhove, l’un de nos dessinateurs scientifiques ″maison″, notamment un paysage de l’aube des temps, avant l’apparition des plantes sur la Terre, et la conquête de la terre ferme par les premières plantes, jusque là aquatiques. 

Les jardiniers du Palais des Plantes se sont mis de la partie pour que les plantes, au mieux de leur forme, recréent l’atmosphère des origines, comme le Carbonifère avec ses fougères arborescentes et ses prêles géantes, suivis des vigoureuses et surprenantes cycadales, contemporaines des dinosaures.  Les nombreuses plantes à fleurs nous ramènent à nos jours, en un tableau richement coloré.  Une visite incontournable en cette année Darwin !
Musa est le nom scientifique du bananier.










  • Les magnolias en robe de printemps - 21 mars - 30 avril 09          

Deux heures de promenade libre pour découvrir des dizaines de magnolias peu communs. Pétales crème, calices pourpres, étoiles échevelées blanc neige... : les magnolias saluent l'arrivée du printemps par une explosion de fleurs, un enchantement pour le visiteur. Un dépliant gratuit vous mène aux plus belles fleurs.  Notez que la floraison des magnolias dépend beaucoup des conditions météos. Savoir plus

  • Exposition d’Ikebana - 11-13 avril 09

Cette exposition d’art floral traditionnel japonais présente des styles différents, de la tradition classique orientale à la création la plus contemporaine.  L’harmonie linéaire de l’arrangement valorise aussi bien le vase, les branches, les feuilles que les fleurs elles-mêmes.

Dimanche 12 avril de 14 h 30 à 16 h: démonstration gratuite des écoles Ikenobo, Ohara et Sogetsu. Savoir plus

  • Formation en floristique - 18 et 25 avril 2009

La Société Royale de Botanique de Belgique en collaboration avec le Jardin botanique national de Belgique et l'Instituut voor Natuur- en Bosonderzoek organisent une formation en floristique de deux jours, au Jardin Massart (Bruxelles) les samedis 18 et 25 avril 2009, destinée aux débutant-e-s. En une matinée, l’on apprend à nommer les parties d'une plante, plus quelques notions de botanique (systématique, écologie) puis le reste de l’apprentissage se déroule pendant un jour et demi sur le terrain. Information et formulaire d'inscription

  • Parcours Darwin - 1er mai - 31 décembre 09

A travers une douzaine de plantes particulières, profitez de l’année Darwin pour redécouvrir les incroyables découvertes du naturaliste sur les mouvements des plantes, les orchidées et autres végétaux étonnants du Jardin botanique.  Un régal pour les yeux en compagnie d’un génie hors du commun ! Vous avez l’occasion d’y refaire vous-même plusieurs expériences surprenantes de Darwin, par exemple nourrir nos plantes carnivores.

  • Promenade dans l’histoire du Jardin botanique national - 1er mai - 30 juin  09

Parcourez à votre rythme le vert domaine sous l’angle de son histoire.  La serre de Balat, l’Orangerie, la glacière,... vous fournissent l’occasion de vous promener dans des parties peu connues du Jardin botanique national, et de redécouvrir, grâce au dépliant gratuit, un pan passionnant de notre histoire.  Savoir plus

  • Visite guidée GRATUITE de la Serre de l’Evolution - Chaque dimanche de mai 09 à 15 h 30                   

Remontez le temps jusqu’il y a 450 millions d’années ! Avec un guide passionné, suivez l’évolution des algues bleues aux forêts de prêles géantes et aux cycadales qui ont cotoyé les dinosaures jusqu’aux fleurs actuelles.  Une serre unique au monde avec celle de Kew Gardens, où les végétaux sur pied se confondent avec des reconstitutions en 3 D.

Visite guidée gratuite sur présentation du ticket d’entrée - Inscription souhaitée au info@br.fgov.be ou 02 260 09 70.

  • Exposition ″Graines de mémoire″ par Phet Cheng Suor - 15 mai - 18 octobre 09

Kimonos en feuilles de magnolias, ″habits de passage″ arachnéens en écorce de mûrier, vitraux végétaux éclatants,... Phet Cheng Suor plonge avec une incroyable sensibilité dans ses racines sino-cambodgiennes pour créer des oeuvres d’une poésie intense à partir de fleurs, de graines, d‘éléments et de teintures végétales.  A ne rater sous aucun prétexte, au château de Bouchout. Savoir plus

  • Balade gratuite en voiture à chevaux chaque dimanche d'avril à septembre 09
Montez dans la voiture tirée par deux fiers chevaux brabançons et baladez-vous au rythme tranquille de leur pas dans le domaine historique, à travers les collections végétales en habits d’été. Différentes haltes vous permettent de descendre ou monter de la voiture quand et où vous le voulez. 
  • Happening d’été Jardins & Loisirs - 12 - 14 juin 09

Ne ratez pas la Foire aux plantes favorite des amateurs de jardinage, que ce soit pour un joli pot sur un balcon ou pour un grand jardin, ou si vous cherchez une plante introuvable.  Et c’est l’occasion idéale d’en profiter pour vous promener à travers les collections du magnifique Jardin botanique national.  Tous renseignements sur le Happening au 014/28.60.80.

Musa est le nom scientifique du bananier.


  • L'étoile de Madagascar, l'orchidée de Darwin

Les fleurs servent à la reproduction de la plante, en étant fécondées idéalement avec du pollen d’un autre plant de la même espèce.  Elles attirent les insectes par exemple avec leur nectar, un liquide sucré dont ils raffolent.  En aspirant ce dernier, ils se couvrent de pollen et le déposent sur les fleurs qu’ils butinent ensuite.  Une caractéristique de nombreuses espèces d’orchidées est que souvent, leur nectar n’est accessible qu’à certaines espèces d’insectes : cela augmente les chances pour la plante de recevoir du pollen de son espèce.  Au fil du temps, certains tandems plante-insecte se sont ainsi parfaitement adaptés l’un à l’autre, c’est la ″coévolution″. 

Chez l’étoile de Madagascar (Angraecum sesquipedale), une espèce d’orchidée, le nectar est enfoui à près de 30 cm à la base de la fleur, donc difficilement accessible. En 1862, on connaissait l’orchidée mais pas son insecte butineur.  Sur base de sa théorie de l’évolution, Darwin supputa qu’il devait exister une espèce d’insecte, sans doute un papillon, dont la trompe devait atteindre 30 cm pour boire le nectar.  Beaucoup se moquèrent de cette hypothèse... jusqu’en 1903 : on découvrit le fameux papillon, qui reçut le nom de Xanthopan morgani praedicta pour rappeler la « prédiction » correcte de Darwin.  Différentes espèces d’Angraecum en fleurs vous attendent régulièrement dans la Serre Mabundu (n° 5 sur le plan)

Musa est le nom scientifique du bananier.


  • 200 espèces végétales à dévorer (des yeux)!

Pois de senteur, potirons ou fleurs de la passion? Le nouvel assortiment de graines de la Boutique vous propose près de 200 espèces, ornementales ou potagères.  De quoi vous offrir un salon, un balcon ou une terrasse riches en fleurs... ou en gourmandises!

  • The fatal attraction of Orchids

Anne Ronse, membre de l’équipe scientifique du Jardin botanique, vient de publier un livre magnifique sur des plantes fascinantes: les orchidées. L’ouvrage retrace par exemple la symbolique de ces plantes dans la Chine ancienne jusqu’à nos jours, ou la passion qu’elles ont suscité auprès de certains collecteurs ou collectionneurs. L’auteure passe en revue et explique les incroyables stratégies d’attraction des orchidées pour se faire féconder: une palette de couleurs, des formes mimétiques pour tromper leur pollinisateur, un parfum divin ou une puanteur qu’on n’oublie pas... Une rencontre des orchidées du monde entier, richement illustrées par 100 splendides photographies.  Le livre que doit posséder tout amateur d’orchidées!

The fatal attraction of Orchids (en anglais ou en néerlandais) par Anne Ronse, Editions Stichting Kunstboek, 144 pages, ISBN 978-90-5856-253-1, € 59,90.

Vous trouverez à la Boutique le livre de jardinage que vous ne trouverez pas ailleurs!

Pour commander votre exemplaire, cliquez ici.

Musa est le nom scientifique du bananier.

Editeur
Jardin botanique national de Belgique

Musa est réalisé par le Service Educatif avec la collaboration de la cellule informatique.

Rédacteur en chef
Dr. Gert Ausloos
Photos
Jardin botanique national de Belgique, Phet Cheng Suor, Jef Felix, Bart Van Leuven, Fabienne van Rossum et Catherine Waller

Si vous voulez également recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot subscribe dans votre mail. N'indiquez aucun sujet et évitez d'y ajouter votre signature. Merci.

Si vous ne voulez plus recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot unsubscribe dans votre mail.

Toutes les informations pratiques, notamment concernant les heures d’ouverture et les tarifs ici.

Jardin botanique national de Belgique
Domaine de Bouchout
Nieuwelaan 38
1860 MEISE

02 260 09 70
info@br.fgov.be