n° 18, été 2009

Quoi de neuf au Jardin botanique?

A ne pas manquer

Zoom sur...

La Boutique

Meise, le Jardin aux 18.000 plantes!
Musa est le nom scientifique du bananier.


  • Le Jardin botanique national dans le top 10 mondial 

Le jury de l’International Institute for Species Exploration (Université d’Arizona, USA) vient de rendre publique sa sélection des 10 espèces nouvelles importantes identifiées en 2008.  Surprise: le Coffea charrieriana, identifié par le Dr Piet Stoffelen du Jardin botanique, y figure! Ce caféier aux grains naturellement décaféinés augure d’un gros avantage économique pour l’industrie. Identifier une espèce nouvelle n’est pas facile, mais depuis plus d’un siècle, le Jardin botanique s’est spécialisé dans la recherche sur les Rubiacées (la famille des caféiers). Notre gigantesque herbier, nos collections vivantes, nos bases de données ont fourni au Dr Stoffelen un matériel de choix pour son travail. Etudier une espèce, décrire ses spécificités par rapport aux espèces proches, son mode de reproduction, ce délicat travail a pour nom la “taxinomie”. Celle-ci pose les fondements de la science sans laquelle les applications pratiques et économiques comme en agriculture, sylviculture, pharmacie, etc. ne pourraient pas voir le jour. Cette reconnaissance mondiale confirme ainsi l’expertise des chercheurs du Jardin botanique, reposant sur ses collections exceptionnelles.



  • Le Jardin botanique contribue au Projet 'Steve'
Une “théorie” scientifique désigne un ensemble de faits et de mécanismes, et non une pure spéculation. Elaborée d’après des critères rigoureux, elle est considérée comme valide jusqu’à ce qu’une découverte scientifique la remette en cause. La théorie de l’évolution de Darwin est affinée depuis 150 ans – notamment par le décryptage de l’ADN –, sans qu’elle soit ébranlée. Mais certains ″créationnistes″ s’y opposent, postulant que l’univers ne s’explique que par une création divine et non par les processus aléatoires de la sélection naturelle. Ils utilisent de faux arguments pour semer le doute dans le public. C’est pourquoi le National Center for Science Education (NCSE, USA) a lancé le Projet “Steve”: tout scientifique en accord avec la théorie de l’évolution peut laisser ses nom et prénom sur un site web... à condition que son prénom s’apparente à Steve, Etienne, Esteban, etc.: soit à peine 1 % des scientifiques du monde entier. A ce jour, le “Steve-omètre” compte déjà 1.089 signataires. Par cette action ludique, la NCSE dénonce les créationnistes qui font circuler des prises de position anti-scientifiques signées par des dizaines de scientifiques souvent non biologistes. Le Dr Steven Dessein du Jardin botanique a bien entendu signé le Projet “Steve”!


  • Une feuille titanesque à l'arum... titan

L’été dernier, les deux arums titans du Jardin botanique (Amorphophallus titanum) ont surpris tout le monde par leur floraison inattendue : 156 et 190 cm. Après maximum trois jours (le temps nécessaire à leur pollinisation en milieu naturel) les fleurs se fanent, brunissent et s’affaissent sur elles-mêmes. Mais l’arum titan subsiste sous terre, son énorme tubercule (bulbe) a besoin d’un temps de repos variable après sa floraison épuisante. Maintenant Jean-Pol, le plus petit des deux, a produit une feuille de 2 m de haut. Elle ressemble à un arbre avec son feuillage découpé qui couvre environ 3 m2. La feuille extrait le carbone du gaz carbonique de l’air; à l’aide de l’énergie lumineuse, elle transforme ces matériaux en sucres pour les stocker dans son tubercule tout en libérant de l’oxygène : c’est le processus chimique de la photosynthèse. Le tubercule grossit ainsi peu à peu; dans plus de deux ans, il aura accumulé assez de force pour refaire une floraison immense, sans doute plus haute que la fois précédente. En attendant, sa feuille stupéfiante vous attend dans la serre Mabundu!



  • Le Jardin botanique commémore un pionnier des diatomées

Il y a un siècle nous quittait le grand chimiste anversois Henri Van Heurck. Cet homme exceptionnel a d’abord inventorié et étudié la flore de la région d’Anvers. Le dimanche, il donnait des leçons gratuites à tout qui était intéressé par la botanique. Il fit surtout un travail de pionnier en améliorant la technique du microscope: cela lui permit d’étudier des algues unicellulaires minuscules, les diatomées, ce qui le rendit célèbre. Pour sa recherche, il parcourut l’Escaut en bateau à vapeur et obtint de l’expédition du Belgica au Pôle Sud qu’elle lui ramenât des échantillons d’eau. Il y a peu, son immense collection de diatomées et de plantes séchées a quitté le Zoo d’Anvers, où elle était entreposée, pour l’Herbier du Jardin botanique. Elle y sera plus accessible pour la recherche. La collection de microscopes d’Henri Van Heurck est quant à elle visible à Gand, au Musée de l’Histoire des sciences

C’est pour commémorer le grand homme que le Jardin botanique a donné son nom à son auditorium.  En août prochain, un symposium international y rassemblera les diatomistes du monde entier, tandis que le public sera convié à découvrir le monde fascinant de ces algues méconnues dans l’exposition  ″Les algues de verre, poumons de la Terre: les diatomées décryptées”.


  • Le Footballeur Pro de l'année au Jardin botanique!
Mbark Boussoufa, le célèbre n° 11 du RSC Anderlecht, a choisi le magnifique décor des magnolias en fleur pour accorder une longue interview à Studio 1 pendant le week-end de Pâques. Il s’est dit enchanté par la beauté du Jardin botanique, un magnifique domaine qu’il n’avait pas eu le temps de découvrir auparavant. Dans les jours qui suivirent sa visite à Meise, le footballeur a reçu le Soulier d’Ebène, ainsi que le titre de ”Footballeur Pro de l’année”.  Malheureusement, il a été victime d’une double fracture à la mâchoire et d’une commotion cérébrale lors d’un choc violent pendant le test match contre le Standard.  Nous lui souhaitons bon rétablissement.

Autres visiteurs de marque du Jardin botanique

Musa est le nom scientifique du bananier.
















  • Le Parcours Darwin - jusqu'au 31 décembre 09          

Un parcours libre gratuit vous attend dans les serres du Jardin botanique.  Il aborde une dizaine de mystères botaniques, illustré par les plantes vivantes étudiés par Darwin : comment les plantes carnivores attrapent-elles des insectes et les digèrent par leurs feuilles ? Pourquoi les orchidées se déguisent-elles en abeilles ? Refaites-y également vous-même plusieurs expériences étonnantes réalisées par Darwin. 

  • Promenade dans l’histoire du Jardin botanique national - jusqu’au 30 juin 09

Parcourez à votre rythme le vert domaine sous l’angle de son histoire.  La serre de Balat, l’Orangerie, la glacière,... vous fournissent l’occasion de vous promener dans des parties peu connues du Jardin botanique national, et de redécouvrir, grâce au dépliant gratuit, un pan passionnant de notre histoire. 

  • Happening d’été Jardins & Loisirs - 12 - 14 juin 09

Ne ratez pas la Foire aux plantes favorite des amateurs de jardinage, que ce soit pour un joli pot sur un balcon ou pour un grand jardin, ou si vous cherchez une plante introuvable.  Et c’est l’occasion idéale d’en profiter pour vous promener à travers les collections du magnifique Jardin botanique national.  Tous renseignements sur le Happening au 014/28.60.80.

  • Exposition ″Les algues de verre, poumons de la Terre: les diatomées décryptées″ - 26 juin - 27 septembre 09 

Plus de la moitié de l’oxygène indispensable à la vie sur Terre provient des océans, produit par des algues unicellulaires minuscules, les diatomées, et du plancton végétal.  L’exposition dévoile ces mystérieuses diatomées dans toute leur étrangeté et leur beauté, et leurs multiples applications pratiques, du dentifrice à la dynamite en passant par les changements climatiques, la coupole de Sainte Sophie et les enquêtes pour meurtres…

  • Exposition ″Graines de mémoire″ par Phet Cheng Suor - 15 mai - 18 octobre 09

Kimonos en feuilles de magnolias, ″habits de passage″ arachnéens en écorce de mûrier, vitraux végétaux éclatants,... Phet Cheng Suor plonge avec une incroyable sensibilité dans ses racines sino-cambodgiennes pour créer des oeuvres d’une poésie intense à partir de fleurs, de graines, d‘éléments et de teintures végétales.  A ne rater sous aucun prétexte, au château de Bouchout. En savoir plus

Visite-rencontre avec l’artiste Phet Cheng SUOR  

Visitez l’exposition guidés par la créatrice elle-même.  Avec un enthousiasme communicatif, elle y expose sa démarche artistique et ses étonnantes techniques de travail.

Une occasion pour vous d’échanger avec l’artiste pour qui ce sera une occasion privilégiée de partager sa passion pour le monde végétal.

Trois Visites-rencontres d'environ 1h vous sont proposées les dimanches 28 juin, 12 juillet et 27 septembre 2009, à 14h et 16h en français (15 h et 17 h avec traduction en néerlandais)

Attention : vu les dimensions du donjon, l’inscription est indispensable: info@br.fgov.be - 02/260 09 70 

  • Balade gratuite en voiture à chevaux - chaque dimanche d'avril à septembre 09
Montez dans la voiture tirée par deux fiers chevaux brabançons et baladez-vous au rythme tranquille de leur pas dans le domaine historique, à travers les collections végétales en habits d’été. Différentes haltes vous permettent de descendre ou monter de la voiture quand et où vous le voulez. 
  • Promenade libre parmi d’exquis végétaux  - 1er juillet - 31 août 09

Bien des aliments courants, tels que les frites, la soupe aux tomates ou le chocolat proviennent de loin, comme ici d’Amérique centrale.  Mais comment sont-ils arrivés chez nous ? Que racontent-ils de leur origine ? Un dépliant gratuit vous offre un parcours à travers les plantes les plus intéressantes en vous contant mille anecdotes sous l’angle gourmand. 

  • Dégustation GRATUITE de bières artisanales

Quel est le résultat de la formule chimique orge + houblon + levure + eau + divers fruits et épices? La plus belge des boissons: un délicieux verre de bière!

Dégustation GRATUITE de bières artisanales à la Taverne de l’Orangerie chaque dimanche de juin ainsi que les dimanches 12 juillet  et 16 août, de 14 h à 17 h 30.

Musa est le nom scientifique du bananier.


  • La splendeur parfumée des magnolias d'été

Quel bonheur de voir arriver la floraison des magnolias, leurs grands calices de cire ou leurs étoiles échevelées sur les branches nues signifient que le printemps est vraiment là. Cependant, de nombreux magnolias fleurissent bien plus tard, après que les feuilles soient apparues. Contrairement à leurs cousins printaniers, leurs fleurs ont un port pendant. Leurs belles corolles s’offrent à l’admiration du visiteur quand l’arbre a atteint une taille suffisante. Le contraste entre les étamines rouge foncé enveloppées des pétales d’un blanc neige est enchanteur, de même que leur parfum délicieux. Dans la collection du Jardin botanique, vous rencontrerez entre autres le magnolia de Chine (Magnolia sinensis), le magnolia de Wilson (M. wilsonii) et le magnolia de Siebold (M. sieboldii; photo). Ces espèces sauvages sont originaires d’Extrême Orient. La plus grande partie de notre collection ″botanique″ (c’est-à-dire sauvage) provient d’ailleurs de cette région. A travers le monde, on connaît aujourd’hui 245 d’espèces sauvages de magnolias.  Malheureusement, plus de la moitié d’entre elles sont sérieusement menacées, principalement parce que l’on utilise leur écorce à des fins médicinales. Le magnolia de Chine et de Wilson sont dans ce cas; tous deux proviennent de la province chinoise du Sitchouan.  On en rencontre encore quelques km2, alors que leur aire d’extension potentielle est de 22.000 km2...

Musa est le nom scientifique du bananier.


  • Des bougies hors du commun

En lien avec l’exposition sur les diatomées accessible dès le 26 juin au Château, la Boutique vous propose des bougies que vous ne trouverez nulle part ailleurs.  Elles reproduisent la forme de trois diatomées agrandies des centaines de fois.  Nul doute que leur esthétique étonnante vous fera adopter ces petits bijoux originaux!

  • Kawa, les secrets du café: du caféier à la tasse

Il y a quelques années, le Jardin botanique a publié un livre richement illustré sur différents aspects du café : les particularités botaniques de la plante, le processus de production du café, comment cette boisson exotique devint très populaire en Europe, comment la Belgique joua un rôle-clé dans l’importation du "robusta",... En l’honneur de l’identification du caféier décaféiné par le Dr Stoffelen du Jardin botanique, le livre est en vente au prix exceptionnel de 5 €.

Kawa, les secrets du café: du caféier à la tasse, Jardin botanique national, sous la direction d’E. Robbrecht, 127 pages, 1995, € 5.

Vous trouverez à la Boutique le livre de jardinage que vous ne trouverez pas ailleurs!

Pour commander votre exemplaire, cliquez ici.

Musa est le nom scientifique du bananier.

Editeur
Jardin botanique national de Belgique

Musa est réalisé par le Service Educatif avec la collaboration de la cellule informatique.

Rédacteur en chef
Dr. Gert Ausloos
Photos
Jardin botanique national de Belgique et e. a. Phet Cheng Suor, Geert van Campenhout, Steven Dessein

Si vous voulez également recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot subscribe dans votre mail. N'indiquez aucun sujet et évitez d'y ajouter votre signature. Merci.

Si vous ne voulez plus recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot unsubscribe dans votre mail.

Toutes les informations pratiques, notamment concernant les heures d’ouverture et les tarifs ici.

Jardin botanique national de Belgique
Domaine de Bouchout
Nieuwelaan 38
1860 MEISE

02 260 09 70
info@br.fgov.be