n° 39, automne 2014
Meise, le Jardin aux 18.000 plantes!
Musa est le nom scientifique du bananier.


  • Des Jeux olympiques s’invitent au Jardin botanique

Du 9 au 20 septembre 2014, des Jeux olympiques particuliers se sont déroulés dans notre pays. 2000 athlètes originaires de 58 pays ont participé à une série d’épreuves sportives ayant pour objectifs de promouvoir l'inclusion des personnes ayant un handicap mental et briser certains tabous. Avant les jeux proprement dits, les délégations ont été accueillies par des communes. Ensemble, les communes de Meise, Kapelle-op-den-Bos et Londerzeel ont accueilli très chaleureusement la délégation. Le Jardin botanique Meise a voulu contribuer à cette très belle initiative en invitant la délégation à découvrir l'opulence tropicale du Palais des Plantes. Pour clôturer la journée, elle a pu profiter de tambours spéciaux au Château. L’ambiance était au rendez-vous !



  • « Le Botaniste » de l’île d’Islay

Quel lien peut-il y avoir entre un jardin botanique et le gin, cet alcool sec qui entre dans la conception d’une foule de cocktails comme le fameux ‘gin tonic’ ? Les plantes, bien sûr ! En effet, un ingrédient essentiel entre dans sa conception : les baies de genévrier. Mais c’est loin d’être le seul, chaque gin ayant un goût et des arômes uniques qu’il doit aux différents végétaux avec lesquels il est infusé. Il n’en fallait pas moins pour qu’une marque anglaise dénomme « The Botanist », un gin haut de gamme produit sur l’île d’Islay en Ecosse. L’originalité provient de 22 espèces végétales supplémentaires (baies, racines, feuilles…), provenant toutes d’Islay, qui l’aromatisent. Le lien avec le Jardin botanique Meise dépasse la simple présence de cette diversité végétale. Reconnaissant le talent de nos dessinateurs maison qui manient d’une main de maître le crayon pour réaliser des dessins scientifiques d’une rare précision, la marque a fait appel à l’un d’eux, Antonio Fernandez, pour illustrer ces 22 plantes. Le résultat est visible sur la capsule argentée qui est ornée d’une sélection de ses dessins mais aussi sur un site web qui présente les 22 dessins des espèces composant ce gin. Un gin que l’on dit « épicé, dans lequel les tons de pin résineux, de baies de genièvre et d'eucalyptus s'entrecoupent avec le goût subtil des violettes de Parme, les plantes de Bruyère, le gingembre confit et la sauge ».



  • Métal hurlant au Jardin

Le saviez-vous ? Le Jardin botanique Meise est régulièrement utilisé comme lieu de tournage de films. C'est le cas par exemple de deux épisodes de la série de science-fiction "Metal Hurlant" qui ont été tournés dans nos serres en septembre 2013 sous la direction de Guillaume Lubrano. La serre B du Palais des Plantes a servi de décor à l'épisode n° 5 "Seconde chance" montrant une végétation luxuriante accueillant Adam et Ève tandis que la serre Balat (photo) a servi de décor à l'épisode n° 4 "Dernier Condor" pour la scène de l'alchimiste, mettant en scène deux acteurs connus : John Rhys-Davies (l'alchimiste) et Karl E. Landler (Khondor). Un an plus tôt, notre Jardin botanique a également accueilli durant deux jours le réalisateur français Michel Gondry et son équipe pour deux jours de tournage de « L’écume des jours », qui met en scène des acteurs connus comme Romain Duris et Audrey Tautou. Les plus perspicaces reconnaitront également dans « Rien à déclarer » quelques plans de l’intérieur de nos bâtiments. Quelle vedette foulera prochainement le sol du Jardin botanique ? A suivre…




  • Des rhinocéros au Jardin botanique !

Avez-vous imaginé un seul instant que votre chemin pourrait croiser un jour celui d’un rhinocéros ? Au Jardin botanique Meise, cette expérience est de l’ordre du possible. Mais surtout levez le pied car vous risqueriez de l’écraser. Loin de son très lointain cousin africain ou asiatique, ce « rhino » mesure ‘à peine’ 4 cm, le mâle arborant, comme l’illustre la photo, une ‘corne’ recourbée en arrière qui a donné le nom de "rhinocéros" à l'espèce. Il s’agit en réalité d’un insecte, un coléoptère peu fréquent, présent dans notre pays, surtout dans le nord du pays comme le montre sa carte de distribution. Sa larve, un gros ver blanc, vit au Jardin botanique dans les tas de copeaux de bois. Auparavant, les copeaux étaient régulièrement utilisés comme couvre-sol sur les parterres de sorte que les larves avaient souvent du mal à terminer leur cycle. Sous l’impulsion de notre « Ecoteam », des tas seront réservés pour ces insectes ! Des panneaux d’information seront placés pour sensibiliser nos jardiniers et nos visiteurs à la présence de ce magnifique insecte. Vous aussi vous pouvez favoriser la présence de cet insecte s’il est présent dans votre région, en ajoutant des copeaux de bois, des brindilles ou des feuilles mortes à votre compost. De quoi impressionner vos amis !

  • Mise au jour d'un trésor oublié

C'est pour illustrer un livre sur l'histoire du Jardin botanique que quelque 2200 négatifs sur verre au gélatino-bromure d'argent ont été exhumés des réserves où ils avaient été oubliés depuis de longues décennies. Très vite un inventaire a été dressé et étant donné la valeur documentaire et patrimoniale de ces photographies prises entre 1880 et 1930, un projet de conservation de leur support d'origine [ voir PDF, p. 8] et de mise en valeur de leur contenu visuel a été lancé. Les négatifs ont été nettoyés et placés dans de nouvelles enveloppes en papier non-acide, parallèlement, ils ont été numérisés et chaque photographie a été décrite dans le catalogue informatisé de la bibliothèque. La collection contient des vues du Jardin botanique dans son ancienne implantation à Bruxelles, des photos de plantes vivantes et de spécimens d'herbiers et dans une moindre proportion des vues de la nature ou de la vie quotidienne en Afrique et de la végétation en Belgique. Retrouvez une sélection des images les plus représentatives en un seul clic [lien]. N'hésitez pas à nous contacter pour toute information complémentaire.


  • Enquête accueil au Jardin

Le Jardin botanique réalise actuellement une enquête en vue d’améliorer l’accueil du public. Si vous fréquentez de temps en temps le Jardin, n’hésitez pas à nous transmettre votre avis concernant l’accueil et les services offerts en répondant au questionnaire en ligne. La participation à l’enquête ne vous demandera pas plus de 5 minutes !

Lien vers l’enquête

Musa est le nom scientifique du bananier.



Musa est le nom scientifique du bananier.



  • Le « blackboy » australien

Il ne se passe pas une semaine sans qu’une nouvelle plante ne vienne rejoindre le Palais des Plantes. Ainsi, récemment, de splendides xanthorrhoéas à feuillage bleuté (Xanthorrhoea glauca), originaires principalement de la côte sud-est de l'Australie, ont été plantés dans la Serre de la Mousson et des Savanes. Cette espèce doit son nom à la résine jaune (xanthos, en grec) qu'elle produit et qui était utilisée comme colle par les aborigènes. Mais la plante surprend surtout les visiteurs par son look original : un « tronc », souvent calciné, surmonté d’une sorte de touffe d’herbes, des feuilles fines et souples de couleur bleutée. Botaniquement parlant, il ne s’agit pas d’un véritable tronc mais d’un « stipe ». On parle aussi fréquemment de « faux-tronc » car il en a la forme et le rôle de soutien… sans en avoir la structure botanique. Lorsque les conditions sont favorables, une inflorescence de petites fleurs blanches et parfumées pouvant atteindre plusieurs mètres de haut apparait au sommet de la plante. Dans le bush australien, les feux de brousse favorisent la floraison des xanthorrhoéas via les substances contenues dans la fumée. Ceci explique pourquoi les stipes sont souvent calcinés, une caractéristique qui justifie son nom australien de « blackboy ».

Musa est le nom scientifique du bananier.

  • Ikebana

«Ikebana Ohara : A Song of Flowers » se présente comme un cours d'introduction aux différents niveaux de l’Ecole Ohara, complétée par une collection d'œuvres majeures et des faits saillants de la carrière de Van den heuvel-Janssens. Un must absolu pour les amoureux de l'Ikebana et un trésor d'inspiration pour chaque étudiant, enseignant ou admirateur d’Ohara ! Prix : 40 euros

Pour commander, cliquez ici.

  • La Boutique online du Jardin botanique !

Ne manquez pas notre Boutique online ! En quelques clics de souris, vous pourrez déambuler dans ses galeries virtuelles et acheter nos ouvrages scientifiques comme la “Flore de Belgique”, des livres de jardinage ou de cuisine mais aussi des posters sur les orchidées ou les plantes vénéneuses de nos régions.

Cliquez ici pour explorer notre Boutique.

Musa est le nom scientifique du bananier.

Editeur
Jardin botanique Meise

Musa est réalisé par le Service Educatif avec la collaboration de la cellule informatique.

Rédacteur en chef
Koen Es
Photos
Jardin botanique Meise, George Chernilevsky (Commons).

Si vous voulez également recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot subscribe dans votre mail. N'indiquez aucun sujet et évitez d'y ajouter votre signature. Merci.

Si vous ne voulez plus recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot unsubscribe dans votre mail.

Toutes les informations pratiques, notamment concernant les heures d’ouverture et les tarifs ici.

Jardin botanique Meise
Domaine de Bouchout
Nieuwelaan 38
1860 MEISE

02 260 09 70
info@br.fgov.be