n° 42, été 2015
Meise, le Jardin aux 18.000 plantes!
Musa est le nom scientifique du bananier.


  • Rapport annuel 2014


Le rapport d’activité 2014 du Jardin botanique Meise vient de sortir de presse. Au cours de l’année écoulée, l’institution a fourni un travail scientifique remarquable : de nouvelles espèces découvertes, des expéditions menées aux quatre coins de la planète, de nouveaux défis comme la prise en charge de la publication de la Flore du Gabon et l’accélération de l’édition des volumes de la Flore d’Afrique centrale... Nos scientifiques se sont également engagés dans la protection de la biodiversité, notamment en étudiant l’impact du changement climatique sur les espèces submontagnardes présentes en Belgique ou en s’impliquant dans la mise en place d’un centre éducatif dans le Parc national des Virunga à l’est de la République démocratique du Congo. L’accueil du public est un axe promis à un beau développement. Le Jardin a ainsi accueilli l’an passé plus de 126.000 visiteurs, un record absolu de fréquentation grâce, notamment, aux nombreuses initiatives mises en place pour améliorer l’expérience des visiteurs : ouverture de deux nouvelles serres de la forêt tropicale, spectacle des orchidées Flori Mundi... Ces nouvelles initiatives, combinées à l’amélioration des collections existantes, comme celle des rhododendrons (voir plus loin), devraient renforcer, aux plans national et international, la position du Jardin botanique en tant que destination touristique. Le rapport annuel peut être téléchargé ici.



  • 99 nouvelles espèces décrites !

L’exploration des écosystèmes les plus menacés au monde et la découverte de nouvelles espèces font partie du travail fascinant des chercheurs du Jardin botanique. De nos jours, les études taxonomiques ne se basent plus uniquement sur des caractéristiques morphologiques, elles sont souvent complétées par des analyses d’ADN afin d’affiner les liens entre les taxons : espèces, genres, familles... L’année passée, nos scientifiques se sont surpassés en décrivant 99 taxons nouveaux pour la science : 54 diatomées, 15 lichens, 3 champignons, 3 fougères et 24 végétaux supérieurs, tous inconnus jusqu’ici ! Petit à petit, nos chercheurs participent ainsi à la connaissance de la biodiversité mondiale !



  • Rwanda Fungi 2015

Du 13 avril au 4 mai, le Jardin botanique Meise a mené au « Pays des mille collines » une mission scientifique ciblée sur les champignons comestibles des forêts de montagne, en collaboration avec des mycologues rwandais. Ce projet original combinait recherche fondamentale et recherche appliquée. Le volet fondamental a consisté à réaliser un inventaire des espèces de champignons présentes dans les forêts d’altitude. Les spécimens récoltés ont été séchés pour être conservés dans notre herbier. Des études microscopiques permettront de confirmer leur identification voire de décrire de nouvelles espèces pour la science qui feront alors l’objet de publications scientifiques. Le volet appliqué du projet a été mis en œuvre par l’entreprise Kigali Farms qui a isolé des souches de quelques champignons comestibles et réalisé des tests de culture – toujours en cours - sur des substrats standards. Durant la mission, nos scientifiques ont tenu un « carnet de mission » sous la forme d’un blog et d’une page Facebook où ils ont décrit le quotidien de leur travail. Un reportage audio-visuel est prévu en fin de l’année. À suivre…Plus d’infos sur http://rwandafungi.blogspot.be




  • De nouveaux rhododendrons au Jardin botanique

Ces derniers mois, la collection de rhododendrons s’est enrichie au Jardin botanique, un travail réalisé grâce à la motivation, la compétence et la persévérance de nos jardiniers et bénévoles. Avec 193 nouvelles plantes, le « Bois des "Rhododendrons" comprend aujourd’hui 500 plantes représentant 341 taxons. Si l’on y ajoute les exemplaires plantés dans d’autres parties du domaine, le nombre total de taxons du genre Rhododendron présents dans le Jardin atteint 485 (145 taxons botaniques et 340 taxons horticoles). Dès ce printemps, les visiteurs ont eu le plaisir de découvrir une magnifique collection de « rhodos » dédiés à des personnalités de la noblesse (‘Chevalier Felix de Sauvage’, ‘Countess of Athlone’, ‘Comte de Papadopoli’), à des améliorateurs de renom (‘Souvenir of Anthony Waterer’, ‘Koichiro Wada’, ‘Van Houtte Flore Pleno’) ou présentant des fleurs aux couleurs chatoyantes (‘Goldsworth Yellow’, ‘Lee’s Dark Purple’, ‘Loder’s White’, ‘Moser’s Maroon’, ‘Pink Pearl’). Les chemins parcourant le « Bois des Rhododendrons » ont aussi été réaménagés pour améliorer l’accessibilité de la collection. En outre, l’information à destination du public a été renforcée avec le placement de nouvelles étiquettes et la mise à disposition de cartes basées sur le géoréférencement de nos plantes. Le « Bois des Rhododendrons » est ainsi appelé à devenir une des attractions botaniques phare du Jardin et de la région.

  • Premier site protégé pour les lichens en Belgique

Sur les murs de l'Abbaye de Parc à Heverlee poussent des lichens très particuliers. Pour protéger ces raretés, l'abbaye a érigé le premier site protégé pour les lichens en Belgique et, lors des restaurations, tiendra compte de ces organismes. À la demande de l'asbl “Vrienden van de abdij van ’t Park” les lichens ont été inventoriés. Dries Van Den Broeck, lichénologue au Jardin botanique Meise et Daniel De Wit, bénévole et les experts du Groupe de travail flamand Bryologie et lichénologie, ont visité pendant deux jours le site. De nombreuses espèces rares ont été trouvées comme Xanthoparmelia loxodes, Lecanora rupicola subsp. rupicola ou Caloplaca variabilis. Presque toutes les espèces rencontrées poussent sur des pierres ardennaises silicatées. Une autre espèce, Rinodina teichophila, n'avait jamais été trouvée en Flandre ! Les lichens poussant sur les murs sont des pionniers qui se développent lentement et n'endommagent pas les murs. L'initiative des Amis de l'Abbaye pour protéger ces espèces fragiles mérite d'être soulignée… et encouragée !

Musa est le nom scientifique du bananier.


Musa est le nom scientifique du bananier.




  • Le lis des steppes

Le début de l'été est annoncé par la floraison de l'Eremurus ou lis des steppes. Ses épis, très caractéristiques, comportent jusqu'à 800 mini-fleurs. Selon les espèces, ils peuvent atteindre 3 mètres de haut et présenter une large gamme de coloris : jaune vif, orange, cuivre mais aussi des couleurs pastel comme le rose ou le blanc brillant. Le nom scientifique provient du grec « ekemos » qui signifie solitaire et « oros » = queue. La plante est également connue sous le nom français de « queue de renard ». Le nom néerlandais « naald van Cleopatra » (aiguille de Cléopâtre) se réfère à deux obélisques égyptiens datant du règne du pharaon Thoutmôsis III et dont la forme ressemble au port dressé de la plante. Plus les floraisons sont généreuses, plus les feuilles sont simples. D'ailleurs dans les steppes, d'où cette plante est originaire, on ne la remarque absolument pas dans la végétation en dehors de la période de floraison. L'aire de répartition va de la Crimée au Pakistan et à la Mongolie. Une plante de jardin délicate, toutefois, car les rhizomes en forme de pieuvre, doivent être plantés dans un sol bien drainé. Les parties souterraines ne doivent pas être endommagées, et assurer leur protection contre le gel n'est pas un luxe ! Mais une fois bien installée au jardin, elle vous offrira ses superbes floraisons durant des années. Vous pouvez admirer une douzaine d'espèces botaniques et de cultivars d’Eremurus au Jardin botanique. Vous les trouverez dans l'Herbetum, sur la terrasse de l'Orangerie, dans le Jardin des pivoines et près de l'Orangerie.

Musa est le nom scientifique du bananier.

  • Grand jeu sur la Forêt

Il était une forêt » est un remarquable film de Luc Jacquet mais c’est aussi un jeu de cartes stratégique qu’a sélectionné pour vous notre Boutique (prix : 15€). Se jouant à partir de 7 ans en solo ou jusqu'à quatre joueurs, le jeu consiste à faire pousser une forêt tropicale. Il est assorti d'un petit livret documentaire supervisé par le botaniste Francis Hallé, instigateur du film. Les règles ont été traduites en néerlandais par le Jardin botanique. Pour compléter votre découverte de nos forêts, nous vous proposons aussi deux éventails permettant de découvrir les principaux arbres de Belgique (prix : 5€/éventail)

Pour commander, cliquez ici.

  • Carnet et crayons du Jardin

Notre Boutique vous propose quelques produits labélisés aux couleurs du Jardin botanique. Vous pouvez ainsi acheter un beau bic (2 €), un carnet de note (2.50 €) et des crayons en bois de cèdre (5 €/crayon) sertis d’une capsule contenant des graines (aneth, basilic, menthe, thym, rosemarin) qu’il suffira de planter dans un petit pot de terre.

Pour commander, cliquez ici.

Musa est le nom scientifique du bananier.

Editeur
Jardin botanique Meise

Musa est réalisé par le Service Educatif avec la collaboration de la cellule informatique.

Rédacteur en chef
Koen Es
Photos
Jardin botanique Meise, Mike Peel (Commons).

Si vous voulez également recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot subscribe dans votre mail. N'indiquez aucun sujet et évitez d'y ajouter votre signature. Merci.

Si vous ne voulez plus recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot unsubscribe dans votre mail.

Toutes les informations pratiques, notamment concernant les heures d’ouverture et les tarifs ici.

Jardin botanique Meise
Domaine de Bouchout
Nieuwelaan 38
1860 MEISE

02 260 09 70
info@br.fgov.be