n° 43, automne 2015
Meise, le Jardin aux 18.000 plantes!
Musa est le nom scientifique du bananier.


  • Lutter avec l’if contre le cancer

Vous connaissez tous l’if (Taxus baccata), cet arbuste qui compose de belles haies verdoyantes ponctuées de leurs flamboyantes « arilles » dans la plupart de nos parcs et jardins. Mais savez-vous que cette espèce est également utilisée dans la lutte contre le cancer ? Elle contient une matière première, la baccatine, utilisée dans la production de médicaments anticancéreux et pour les chimiothérapies. Voilà pourquoi les déchets de taille d'if sont si précieux… et que des structures ont été mises en place pour les récolter. C’est le cas de l’association « Couper court au Cancer » avec laquelle le Jardin botanique Meise collabore. Concrètement, nos jardiniers aidés de bénévoles taillent annuellement les dizaines de mètres de haies d’if du Domaine. Pour chaque mètre cube de feuillage récolté « Couper court au Cancer » verse de l’argent pour la lutte contre le cancer. Ces dernières années, plus de 2 millions d’euros ont déjà ainsi été versés à des dizaines de projets. Les personnes privées qui possèdent une haie d’au moins 40 mètres peuvent également participer à l’opération ; des élagueurs professionnels viendront la tailler gratuitement sur rendez-vous. Vous pouvez aussi apporter gratuitement le produit de la taille dans un des parcs à conteneurs participant.

Plus d'nfos : Couper court au Cancer



  • Nouvelle malle pédagogique "Voyage dans le temps"

« Voyage dans le temps : de l’algue à la fleur » est une toute nouvelle malle pédagogique réalisée dans le cadre de « Plus tard, je serai… Marie Curie ou Einstein ! », un projet soutenu par la Région de Bruxelles-Capitale et Research in Brussels. Elle est destinée à accompagner la visite de la Serre de l’Évolution du Jardin botanique par des élèves de 14 à 18 ans. Comment la vie est-elle apparue sur Terre ? Comment une telle diversité d’organismes vivants a-t-elle pu se produire ? Quels sont les mécanismes de l’évolution ? À quoi ressemblaient les premières plantes ? Où en est la biodiversité aujourd’hui ? Telles sont les questions auxquelles tenteront de répondre enseignants et élèves en remontant aux origines de la Terre et en parcourant toute l’évolution des plantes jusqu’à aujourd’hui. Instructive et ludique, cette malle contient des éléments à exploiter selon les souhaits et la disponibilité des enseignants. Elle comporte notamment un dossier pédagogique, des jeux, outils et activités, des échelles du temps de plusieurs mètres, des propositions de jeux de rôles et de débats, un « arbre du vivant » à reconstituer en 3D pour retracer l’évolution des plantes, des sujets de réflexions... Les outils sont disponibles actuellement en français, une version néerlandaise est prévue dans le futur.

Plus d'infos sur le projet.



  • Là où les plantes exotiques prennent racines

Une étude scientifique récemment publiée dans la très prestigieuse revue scientifique Nature et à laquelle a participé Quentin Groom, chercheur au Jardin botanique Meise, offre pour la première fois une vue générale du phénomène de naturalisation et de la distribution des plantes sur les continents qui ne font pas partie de leur aire de distribution naturelle. Selon cette étude, l’espèce humaine serait responsable de l’établissement d’au moins 13.168 espèces végétales – environ 3,9% de la flore mondiale – en dehors de leur aire de distribution naturelle. Avec ses 6.000 espèces installées, l’Amérique du nord est aujourd’hui la zone géographique où s’est naturalisé le plus grand nombre de plantes exotiques. L’Europe, pour sa part, en accueille quelque 4.000. Les chercheurs ont aussi montré que les milieux insulaires sont plus perméables aux invasions biologiques que les zones continentales et que l’hémisphère nord est le plus grand fournisseur d’espèces aux autres régions du globe, avec l’Europe et l’Asie non-tropicale comme principaux « donateurs ». Les données autorisent également les chercheurs à prédire quelle espèce est susceptible de devenir dominante dans quelles régions, ce qui pourrait se révéler crucial pour la gestion des invasions biologiques et la conservation de la nature.

Plus d’infos : communiqué de presse (PDF)


  • Quand jardinage rime avec recyclage

Depuis ce printemps, vous pouvez admirer de belles bordures de branches séchées dans la serre Méditerranée. Ces treillis ont été confectionnés par Jan Godemont du projet « Compostkracht » à partir de branchages issus de la taille d’arbustes. Ce projet est le fruit d'une collaboration étroite de cinq intercommunales des déchets de la province du Brabant flamand. Il vise à informer et sensibiliser les habitants de la province sur les différentes façons de traiter les déchets de jardin en les recyclant. Poursuivant les mêmes objectifs, le Jardin botanique Meise et Compostkracht ont décidé d'unir leurs efforts. Durant le Week-end printanier du Jardin botanique, en avril dernier, Compostkracht a tenu un stand d'information sur le compostage. Et le 11 octobre prochain, lors du week-end automnal, tous les visiteurs intéressés pourront apprendre avec Jan les rudiments de l'art du tressage et réaliser de superbes treillis recyclés. Afin d’inciter les visiteurs au jardinage durable, les volontaires et les jardiniers du Jardin botanique construiront également une haie de branchages en bordure de Meise sauvage. Des projets similaires seront à nouveau réitérés l'année prochaine.

Musa est le nom scientifique du bananier.


Musa est le nom scientifique du bananier.




  • Bromelia & co

Notre Jardin botanique possède environ 300 espèces différentes de broméliacées , y compris certaines très particulières et uniques. Par exemple Bromelia lagopus, originaire du Brésil et dont nous sommes l'un des seuls jardins au monde à en posséder en collection, ou Alcantarea regina qui fleurit approximativement tous les 30 ans. Ces plantes ont été popularisées au 19e siècle, quand le secteur de la floriculture de notre pays a fait ramener des plantes tropicales d'Amérique centrale et du Sud pour ensuite en faire de multiples croisements horticoles. La plupart des broméliacées ont une forme caractéristique en entonnoir. L'entonnoir constitue l’adaptation ultime des plantes épiphytes qui vivent à la cime des arbres de la forêt tropicale ou accrochées à des parois rocheuses. Ce urnes recueillent ainsi l'eau et les matières organiques nécessaires à leur subsistance. Au-delà de l'utilité pour la plante elle-même, ces réservoirs aquatiques sont également indispensables à la vie de nombreux autres organismes comme des insectes ou des grenouilles (Dendrobates,...) qui vivent au sommet (canopée) de la forêt tropicale. Le genre Tillandsia (photo) est encore plus impressionnant : via de minuscules écailles, les plantes de ce groupe peuvent extraire l'eau de l'air humide. Mais le plus célèbre bromelia, vous le connaissez tous, c'est l'ananas (Ananas comosus). Contrairement à la plupart de ses cousins, cette broméliacée pousse au sol. Un truc à tester : vous pouvez couper la couronne verte d'un ananas que vous plantez dans un pot de fleurs. Arrosez-la régulièrement et qui sait, peut-être récolterez-vous votre propre ananas...

Musa est le nom scientifique du bananier.

  • Calendriers et agendas 2016

Avec l’arrivée de l’automne, les pages du calendrier s’effeuillent jour après jour, annonçant une année pleine de nouveaux horizons. Aussi est-il grand temps de penser à se procurer les calendriers et agendas 2016. Le Jardin botanique Meise vous en propose un vaste choix dans sa Boutique sur le thème des fleurs et des jardins.

Prix : 13 € (calendrier) - 14 € (agenda)..

Pour commander, cliquez ici.

  • Bougies parfumées

Lire un livre, à la lueur d’une bougie et dans l’ambiance feutrée du salon, est un ‘must’ ! Outre un vaste choix d’ouvrages sur les plantes et les jardins, notre Boutique vous propose une nouvelle collection de bougies aux senteurs enivrantes : vanille, cerise,… De quoi passer de lumineuses soirées durant l’arrière saison…

Prix : 9 € (petites bougies) – 15 € (grandes)..

Pour commander, cliquez ici.

Musa est le nom scientifique du bananier.

Editeur
Jardin botanique Meise

Musa est réalisé par le Service Educatif avec la collaboration de la cellule informatique.

Rédacteur en chef
Koen Es
Photos
Jardin botanique Meise.

Si vous voulez également recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot subscribe dans votre mail. N'indiquez aucun sujet et évitez d'y ajouter votre signature. Merci.

Si vous ne voulez plus recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot unsubscribe dans votre mail.

Toutes les informations pratiques, notamment concernant les heures d’ouverture et les tarifs ici.

Jardin botanique Meise
Domaine de Bouchout
Nieuwelaan 38
1860 MEISE

02 260 09 70
info@jardinbotaniquemeise.be