n° 44, hiver 2015
Meise, le Jardin aux 18.000 plantes!
Musa est le nom scientifique du bananier.


  • Un nouveau microscope électronique au Jardin botanique !

Le Jardin botanique Meise est l'une des seules institutions de recherche dans notre pays qui se consacre à la taxonomie et la botanique descriptive. Pour mener à bien cette mission, il lui faut des outils modernes, performants et de qualité. Comme le nouveau microscope électronique qu'elle vient d’acquérir ! Un tel appareillage rend possible des agrandissements jusqu'à 150 000 fois. La grande profondeur de champ de ce microscope crée un effet tridimensionnel marqué, très différent d'un microscope ordinaire. De cette manière, les parties de plantes les plus petites peuvent être agrandies et ainsi rendues visibles. C'est le cas par exemple des diatomées, des algues unicellulaires microscopiques qu'étudient des chercheurs de l’institution, notamment en Antarctique dans le cadre de recherches sur le climat. Mais la microscopie électronique permettra aussi à nos chercheurs d'étudier les spores de champignons dans le cadre d'études écologiques ou les grains de pollen d’espèces de la famille du café (Rubiacées) pour des recherches sur la biodiversité en Afrique centrale. Grâce à ce nouveau microscope électronique, l’infiniment petit devient soudainement visible ! Le coût de ce nouvel appareillage est important, 250.000 €, un investissement utile et nécessaire pour pouvoir effectuer de la recherche de pointe.



  • La bibliothèque s’exporte et rejoint UniCat

Cet automne plus de 100.000 notices du catalogue de la bibliothèque ont été intégrées à UniCat, un portail qui donne accès à plus de 12 millions de références issues de la Bibliothèque royale et d’une centaine de bibliothèques universitaires et spécialisées belges. Ce catalogue fonctionne comme un méta moteur de recherche et permet, en quelques clics, de localiser un ouvrage, un périodique, un article ou une thèse qui se trouve dans l'une des bibliothèques participantes. Il s'agit là d'un outil performant qui met notre riche documentation bibliographique à la disposition de la communauté scientifique au sens large. En effet ce catalogue, largement référencé par les universités et d’autres institutions, compte chaque année quelque 150.000 visites et 1.600.000 recherches. Avec Antilope (catalogue collectif des périodiques des bibliothèques scientifiques en Belgique) auquel nous participons depuis 2007, Bib.Belgium (catalogue collectif des bibliothèques fédérales belges) que nous avons intégré en 2008 et le Linneaus Link Union Catalogue (catalogue collectif des oeuvres de Linné et de ses disciples conservées dans les grandes bibliothèques de botanique en Europe et aux États-Unis) rejoint en 2012, la bibliothèque du Jardin botanique est maintenant accessible virtuellement par le biais de quatre grands catalogues collectifs. Gageons que notre intégration à UniCat augmentera encore la visibilité du Jardin botanique sur la scène belge et internationale.


  • Le Jardin fête les saisons avec Floridylle

En automne, au printemps, en été ou même en hiver, la nature se pare de ses plus beaux atours. Ainsi, le Jardin botanique Meise a voulu célébrer le cycle de la vie et des plantes en proposant un tout nouvel évènement, Floridylle, une grande fête qui sera déclinée selon les 4 saisons qui rythment la nature. La première édition aura lieu fin décembre : Floridylle d’hiver ! Et qui dit fête, dit une foule d'activités pour s'imprégner de l'atmosphère féerique du changement ! Les plantes de saison seront mises à l'honneur et nous vous ferons découvrir les lieux les plus beaux ou les plus mystérieux du domaine... Au programme : quatre nocturnes, quatre soirées enflammées et illuminées le long d'un parcours romantique traversant le domaine et le chaleureux Palais des Plantes. En chemin, de féeriques installations lumineuses éblouiront les visiteurs. Les arbres éclairés sembleront danser tandis que les rêveries des crocus et des nénuphars se refléteront dans un jeu de couleurs et de lumières… La cour du Château sera le théâtre d'un impressionnant spectacle de feu et, cerise sur le gâteau, vous pourrez vous réchauffer dans le village d'hiver qui vous proposera de délicieuses boissons et collations à l'un des 'foodtrucks'. Floridylle Hiver, du 18 au 21 décembre 2015.
Infos : floridylle.be


  • Automne enfants admis !

L’automne est sans conteste la saison qui offre la plus large et la plus riche palette de couleurs. C’est donc le moment idéal pour admirer la splendeur colorée du Jardin botanique. En particulier durant notre désormais traditionnel « Week-end automnal », les visiteurs peuvent profiter de l’arrière-saison avec tous leurs sens. L’édition des 10 & 11 octobre derniers a rassemblé plus de 1600 visiteurs qui ont eu l’occasion de ramasser des châtaignes, de les torréfier… et de les déguster. Les courges de saison ont également fait le bonheur des petits et grands : dégustation, atelier de découpe et préparation de soupe de potiron. La science était également au rendez-vous. Les visiteurs ont pu observer sous microscope de splendides diatomées colorées et participer à une promenade dominicale ... Bref, il y en avait pour tous les goûts ! Durant les vacances d’automne, les plus petits ont pu emboiter le pas au Roi Amaryllo et vivre de fabuleuses aventures comme se rouler dans les tapis de feuilles, emprunter le chemin menant à la tour de la princesse, rencontrer en chemin un dragon orné de broméliacées… Les aventures du Roi Amaryllo se poursuivront durant les vacances de Noël, du 19 décembre au 3 janvier 2016. Pour la plus grande joie des enfants de 4 à 12 ans !

  • Les plantes face au changement climatique

La COP 21 qui s’est tenue à Paris en décembre et dont l’objectif était de limiter le réchauffement climatique en dessous de 2 °C vient de nous le rappeler : le changement climatique constitue à l’échelle mondiale l’une des plus grandes menaces pour la biodiversité et pourrait causer d’ici la fin du 21ème siècle l’extinction de 10 à 30% des espèces végétales européennes. Grâce au soutien financier de la Politique scientifique fédérale (Belspo), le Jardin botanique Meise mène une étude pour étudier les effets du changement climatique sur un certain nombre d’espèces de plantes indigènes. L’une d’elles, le fenouil des Alpes (Meum athamanticum), est une plante submontagnarde qui ne se rencontre qu’en Haute-Ardenne. Cette espèce est potentiellement vulnérable au réchauffement climatique dans la mesure où, dans notre pays, elle ne peut pas migrer plus haut en altitude. Nos chercheurs ont mis au point un dispositif expérimental qui permet d’augmenter la température ambiante autour de certains plants d’environ 1°C et ainsi d’évaluer les conséquences de cette augmentation sur la phénologie de la floraison, la croissance et la germination de ce fenouil. Autre volet – parmi d’autres - de cette étude en cours, des graines de trois espèces annuelles stockées depuis plus de 25 ans dans notre banque de graines ont été mises à germer en même temps que des graines « fraîches » récoltées récemment exactement au même endroit. En cultivant les plantes issues des « anciennes » graines avec celles issues des graines « fraîches », nous pouvons ainsi vérifier si l’augmentation de température observée ces 25 dernières années a modifié la phénologie de la floraison, la période de germination et certaines caractéristiques des feuilles. Les résultats de cette recherche nous permettent d’être proactifs en identifiant les espèces potentiellement les plus vulnérables aux changements climatiques et en privilégiant leur conservation ex situ dans notre banque de graines.

Musa est le nom scientifique du bananier.


Floridylle

Musa est le nom scientifique du bananier.


  • Les conifères

Le Jardin botanique Meise possède une importante collection de conifères, environ 350 espèces et cultivars qui offrent une belle diversité de formes et de couleurs. Dans leur milieu naturel, on les rencontre surtout dans des régions inhospitalières, près des pôles ou haut dans les montagnes. On dénombre environ 650 espèces sauvages de conifères différentes et plusieurs milliers de cultivars horticoles. Conifère signifie ‘qui porte un cône’, visible par exemple chez le pin et qui est appelé communément ‘pomme de pin’. Mais tous n’ont pas de telles cônes, comme l’if (Taxus bacata) qui offre un fruit rouge vif appelé ‘arille’ ou le pin chinois à queue de vache (Cephalotaxus fortunei) dont le 'fruit' charnu en forme d’olive donne un jus consommable… au goût inimitable d’amaretto ! Les conifères sont aussi parfois qualifiés de résineux car la plupart d’entre-eux produisent des résines comme le pin maritime (Pinus pinaster) dont on extrait l'essence de térébenthine. Ils ont la réputation d’avoir un feuillage persistant et d’être toujours verts en hiver. Quelques rares espèces dérogent à la règle et sont dites ‘caduques’ car elles perdent leurs feuilles (aiguilles) en automne: le mélèze (Larix decidua), le cyprès chauve (Taxodium distichum), le Métaséquoia de Chine (Metasequoia glyptostroboides) ou le mélèze doré de Chine (Pseudolarix amabilis)… Les conifères sont aussi les arbres de tous les records : le plus grand arbre du monde est un Sequoia sempervirens qui mesure plus de 115 mètres tandis que le plus vieux est un épicéa (Picea abies) de 9550 ans. Parmi les raretés, citons le Wollemia nobilis, découvert très récemment, en 1994, dans des gorges inaccessibles près de Sydney (Australie). Il a pu être préservé grâce à un programme de multiplication et de distribution des plantes à travers le monde, dans les jardins botanique d’abord… auprès du public ensuite. Vous pouvez découvrir en toutes saisons la collection de conifères du Jardin botanique à l’aide d’un feuillet explicatif téléchargeable sur notre site web.

Musa est le nom scientifique du bananier.

  • Orfèvrerie végétale

La beauté inépuisable de formes organiques de la nature est le fil conducteur de l'œuvre de la designer et orfèvre Helena Schepens. L'année dernière, après une visite du Jardin botanique Meise et de sa banque de semences, Helena a collecté et utilisé des graines, des cosses et des bourgeons pour créer de jolis bijoux en argent. Ces bijoux sont en vente à la Boutique du jardin. Des bijoux fabriqués à la main, à partir de trésors naturels du Jardin botanique, n’est-ce pas un cadeau unique pour les fêtes de fin d’années ?

Prix : entre 70 et 90 € selon les modèles.

Pour commander, cliquez ici.

  • Bougies parfumées

Lire un livre, à la lueur d’une bougie et dans l’ambiance feutrée du salon, est un ‘must’ ! Outre un vaste choix d’ouvrages sur les plantes et les jardins, notre Boutique vous propose une nouvelle collection de bougies aux senteurs enivrantes : vanille, cerise,… De quoi passer de lumineuses soirées durant l’arrière saison…

Prix : 9 € (petites bougies) – 15 € (grandes)..

Pour commander, cliquez ici.

Musa est le nom scientifique du bananier.

Editeur
Jardin botanique Meise

Musa est réalisé par le Service Educatif avec la collaboration de la cellule informatique.

Rédacteur en chef
Koen Es
Photos
Jardin botanique Meise.

Si vous voulez également recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot subscribe dans votre mail. N'indiquez aucun sujet et évitez d'y ajouter votre signature. Merci.

Si vous ne voulez plus recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot unsubscribe dans votre mail.

Toutes les informations pratiques, notamment concernant les heures d’ouverture et les tarifs ici.

Jardin botanique Meise
Domaine de Bouchout
Nieuwelaan 38
1860 MEISE

02 260 09 70
info@jardinbotaniquemeise.be