n° 31, automne 2012
Meise, le Jardin aux 18.000 plantes!
Musa est le nom scientifique du bananier.


  • Lichens contre Alzheimer

L’importance des plantes supérieures dans le traitement de certaines maladies est connue depuis la nuit des temps. Avec le déploiement des recherches moléculaires, des substances actives ont été au fil du temps identifiées et synthétisées dont certaines permettent de ralentir le développement de maladies ou de stimuler les défenses du corps. L’exemple de la pervenche de Madagascar (Catharanthus roseus) utilisée dans le traitement de cancers est bien connu. Les “végétaux inférieurs”, moins étudiés, ont également une foule de secrets à nous livrer, comme l’a révélé il y a quelques mois une équipe de chercheurs allemands de la Max-Delbrück-Center for Molecular Medicine. En charge de recherches sur la maladie d’Alzheimer, ils ont découvert qu’un colorant rouge - l’orcéine - extrait du lichen Roccella tinctoria et longtemps utilisé pour colorer les tissus et la nourriture (E 121), semble réduire l'abondance de petits agrégats de protéines toxiques dans la maladie d'Alzheimer. Damien Ertz, chercheur en lichénologie au Jardin botanique national de Belgique a contribué deux ans plus tôt à deux études visant à identifier et décrire les espèces de Roccella au niveau mondial. “Vingt-quatre espèces différentes ont été caractérisées, nous explique-t-il, avec une chimie variable suivant l’espèce et dont l’étude pourrait également mener à des découvertes similaires” Et peut-être ouvrir la voie au développement de nouvelles thérapies dans la lutte des maladies... Un exemple de plus, si besoin était, de l’importance pour l’homme d’étudier de manière approfondie la biodiversité !



  • Google Street View au Jardin botanique
Google n’est plus a présenter tant son moteur de recherche et les services qu’il propose sont communément utilisés. Le géant du web s'est donné pour mission « d'organiser l'information à l'échelle mondiale et de la rendre universellement accessible et utile ». Un programme ambitieux qui se décline notamment sous Google Books, Google Map, Google Earth... et plus récemment Google Street View. Lancé en 2007, cette dernière application permet de naviguer virtuellement dans les villes et villages en fournissant une vue des rues à 360 degrés... Pour ce faire, une voiture équipée de caméras circule dans les rues en prenant des images, qu'un logiciel assemble pour donner l'impression de continuité. La Belgique a ainsi été couverte à la fin de l’année 2011. Oui mais... certains lieux intéressants étaient inaccessibles aux voitures. C’est ainsi que Google a eu l’idée de développer le Tricycle Street View, un vélo basé sur le même principe et qui peut circuler sur des sentiers et ainsi explorer des lieux prestigieux moins accessibles. Comme le Jardin botanique national de Belgique qui a été l’un des premiers à être sélectionné pour ce nouveau projet ! C’est ainsi qu’au mois d’août, le mystérieux tricycle a sillonné de long en large les chemins du Jardin botanique. Après la visite virtuelle du Palais des Plantes (voir Musa n°28), le public pourra bientôt également découvrir derrière son ordinateur la beauté de notre domaine. Nous ne manquerons pas de vous tenir informé de la disponibilité prochaine de ce service.

  • Aquaticum versus spicatum

Avec la mondialisation de l’économie et des transports transcontinentaux, non seulement les humains et les produits de consommation voyagent mais aussi toute une série d’animaux et de végétaux qui se retrouvent ainsi projetés à des milliers de kilomètres de leur aire d’origine. Les moins résistants succombent le plus souvent aux nouvelles conditions auxquelles ils sont soumis… mais d’autres, au contraire, se révèlent particulièrement envahissants ! Le Jardin botanique national de Belgique mène des recherches dans le domaine des plantes invasives et soutient également les études menées dans ce domaine en mettant à disposition ses infrastructures. Ainsi, pour le moment, une doctorante de la Vrije Universiteit Brussel, Joëlle Gérard, arpente le Palais des Plantes avec sous le bras deux espèces de plantes aquatiques du genre Myriophyllum, l’une indigène (M.spicatum), l’autre originaire d’Amazonie (M. aquaticum). Son travail de recherche consiste notamment à modéliser le taux de croissance de chacune des espèces et de mesurer la concurrence intra et interspécifique afin de mieux comprendre la dynamique de ces deux espèces aquatiques qui, malgré leur origine géographique différente, se ressemblent… comme deux gouttes d’eau (forme, taille, disposition dans l’eau...). Pour ce faire, des cultures des deux espèces, seules ou en mélange, sont installées dans des bassins. L’objectif : vérifier si l’espèce exotique supplante l’indigène. Les premiers résultats sont attendus d’ici quelques mois…


  • Chaud et froid dans les herbiers

Le travail du botaniste de terrain passe souvent par un préalable : la confection d’un herbier qui consiste à récolter un échantillon d’une plante donnée que l’on sèche et que l’on accompagne de différentes informations essentielles à son identification (nom, date et lieu de récolte, informations écologiques...). Le Jardin botanique national de Belgique possède une richissime collection de 4 millions de planches d’herbier, ce qui le place parmi les plus grandes institutions du genre. Mais voilà, ces herbiers n’intéressent pas que les botanistes... En effet, de minuscules coléoptères comme la vrillette du pain (Stegobium paniceum) s’insinuent entre les planches cartonnées avec pour objectif de les grignoter. Le Jardin botanique a depuis longtemps abandonné les traitements les plus toxiques comme le sublime corrosif composé de sels de mercure. Des traitements moins nocifs sont testés avec des résultats variables: congélation des herbiers ou au contraire, traitement par des canons à chaleur. Et parfois, malheureusement, subsistent des poches de résistance qui nécessitent alors la fumigation des collections au moyen de gaz toxiques si l’on ne veut pas les voir tomber en poussière. Réalisés par des firmes agréées et selon un protocole strict, ces traitements évitent de mettre en contact le personnel avec les produits utilisés. La préservation du patrimoine scientifique a un prix qui ne peut être mise en balance avec la santé humaine !

  • Notre rapport annuel 2011 est sorti !

Le Jardin botanique national de Belgique vient de publier son rapport annuel 2011. Ce rapport – en anglais – présente les faits majeurs qui se sont déroulés durant cette année. Au fil des pages et chiffres à l’appui, le lecteur pourra se rendre compte du dynamisme qui traverse notre institution et ses différents départements : recherches, collections de plantes vivantes, herbier, bibliothèque, communication, éducation, collaborations internationales… Ce rapport est le premier du genre du Jardin botanique qui veut davantage rendre visible son fonctionnement et le résultat de ses actions. Le rapport annuel 2011 est consultable en ligne et téléchargeable sur notre site web.

Musa est le nom scientifique du bananier.





bonsai



  • Exposition «flashé au bord de la route» (jusqu'au 28 octobre 2012)

L’artiste Jos Poel nous offre une autre vision des plantes sauvages de nos régions. Grâce à un procédé très particulier de déshydratation des fleurs, il nous offre des clichés d'une beauté graphique inégalée que vous pourrez admirer dans le domaine et dans la taverne de l'Orangerie. En savoir plus.

  • Autumn Leaves (jusqu'au 2 décembre 2012)

L'artiste et photographe Roel Jacobs est fasciné par les arbres. En 2010, il introduit le premier une sculpture vivante, un arbre, dans la collection permanente du Musée Middelheim, à l’image d’un mémorial monumental destiné aux générations futures. Ses installations de photos, inspirées des plus belles couleurs automnales, sont une ode à la diversité et à la beauté des arbres. En savoir plus.

  • Les Âmes végétales (21-24 septembre 2012)

Avec sa compagnie du “Cirque végétal”, le Français Lucas DAVID, « circassien paysagiste », développe un cirque inspiré par le règne végétal. «L'homme arbre», monté sur des racines échasses, et la “femme mousse”, utilisant des techniques du théâtre butō japonais, nous introduisent dans l’univers des plantes où l'inertie et la passivité apparentes se métamorphosent en une dynamique théâtrale et chorégraphique…. En savoir plus.

  • Conférence: "La diversité botanique du Bassin du Congo" (Dimanche 30 septembre 2012 à 15h30)

Le tout nouveau directeur intérimaire du Jardin botanique national de Belgique, le Dr. Steven Dessein a été durant plusieurs mois sur le terrain en Afrique et particulièrement au Congo. Il sera notre guide pour nous familiariser avec les richesses végétales aussi menacées que fascinantes d'Afrique centrale. PAF : 1 supplémentaire à votre ticket d'entrée au Jardin botanique. Gratuit pour les détenteurs du Pass annuel.  En savoir plus.

  • Exposition d'Ikebana (20 et 21 octobre 2012)

Une exposition d'Ikebana avec les magnifiques compositions végétales sous la direction d'Atsuko Bersma. Issus des rituels bouddhistes, cet art floral présente des montages où l'accent est mis sur l'asymétrie, la vacuité et la forme naturelle des matériaux utilisés. Exposition gratuite avec le ticket d’entrée. En savoir plus.

  • Promenade libre parmi les irrésistibles résineux (3 décembre 2012 - 15 janvier 2013)

Connaissez-vous la magnifique collection de résineux du Jardin botanique national, à Meise ? Vous y faites le tour du monde à travers 350 espèces dont beaucoup casseront définitivement l’image banale du sapin de Noël, comme l’étrange conifère rampant Picea abies 'Procumbens’, ou l’élégant cryptoméria du Japon. Et, en plus d’être beaux, savez-vous à quel point ils nous sont utiles ? Venez admirer une extraordinaire variété de conifères aux surprenantes formes sculpturales. Un dépliant gratuit vous guide à travers les collections.…. En savoir plus.

Musa est le nom scientifique du bananier.




  • Le balisier d'Inde

Dans le jardin de l'Orangerie, nos cannas terminent leur période de floraison en offrant un spectaculaire festival de couleurs.Vingt-cinq cultivars exhibent actuellement leurs fleurs jaunes, rouges, roses ou orange et leurs feuilles rayées, de couleur unie ou tachetées de vert vif, voire de rouge profond. On peut difficilement trouver d'aussi subtiles combinaisons ! Il ne faut pas se laisser induire en erreur par son nom, le balisier d'Inde (Canna indica), car l'origine des plantes se situe en Amérique tropicale, et plus particulièrement dans les régions où alternent une saison humide et une saison sèche. Après avoir vu le feu d'artifice coloré dans le jardin de l'Orangerie, n'hésitez pas à parcourir la serre de la mousson et des savanes (Palais des Plantes) où vous pouvez découvrir l'ancêtre sauvage, une plante élancée de deux mètres de haut avec des fleurs d'un rouge lumineux. Afin de survivre aux périodes sèches, les cannas développent des rhizomes charnus dont les Indiens d'Amérique raffolaient. Dans la nature, les parties aériennes de la plante meurent durant la période de sécheresse tandis que les parties souterraines survivent sous forme de rhizomes qui développent alors à nouveau des feuilles et des fleurs lorsque les conditions redeviennent favorables. Cette propriété garantit que même dans nos régions froides, les cannas peuvent être cultivées à la condition qu'aux premières gelées, les rhizomes soient déterrés et conservés à l'abri du gel dans une pièce sombre avant de pouvoir à nouveau être replantés au printemps suivant. Les cannas sont cultivés depuis longtemps en Europe, Jules Charles de L'Écluse (appelé aussi Clusius Carolus), médecin et botaniste, les mentionne dès 1567. C'est surtout au 19 ème siècle que de nombreux cultivars sont créés présentant une large gamme de couleurs de fleurs et de feuilles. Les grandes fleurs au look quelque peu négligé ne passent pas inaperçues. Botaniquement parlant, les pétales sont formées à partir d'étamines stériles déformées créant une asymétrie florale, une caractéristique particulièrement rare dans le règne végétal. De quoi rehausser nos jardins d'une touche à la fois originale et exotique !

Musa est le nom scientifique du bananier.

  • Bougies de fleurs

Les jours commencent à raccourcir et comme les plantes de nos régions nous allons progressivement nous préparer à affronter l’hiver. Mais peut-être que cette saison est également synonyme d'agréables soirées en perspective à cocooner dans le salon ? Avec, pourquoi pas, quelques bougies pour créer une atmosphère reposante... Afin de joindre l’utile à l’agréable, notre boutique vous propose un nouvel assortiment de “bougies pots de fleurs” créées par notre apiculteur avec de la cire issue des ruches du Jardin botanique. De quoi apporter une lumière naturelle et authentique à vos longues soirées d'hiver !
Prix: 3,50 €

Pour commander, cliquez ici.

  • Nouveaux timbres-poste "Feuillage d'automne"

Les avez-vous vus, les nouveaux timbres de La Poste en forme de feuilles d'automne ? Depuis le 18 septembre, ils sont en vente dans tous les bureaux de poste du Royaume. Les feuilles sont des photos prises par Roel Jacobs dans divers arboretums mais aussi au Jardin botanique. Vous pouvez d'ailleurs admirer en ce moment une grande partie de son travail dans l'exposition "Autumn Leaves" au Jardin botanique.

  • 'Arbres de Belgique revisited'

L'artiste Roel Jacobs est fasciné par les arbres comme vous pouvez le découvrir dans l'exposition en cours dans le donjon du château du Jardin botanique.Vous pourrez également y consulter l'un de ses ouvrages majeurs : Arbres de Belgique revisited. Il y présente de superbes clichés d’une centaine d'arbres de notre pays que tout un chacun peut admirer dans des espaces publics. Le livre donne également des informations sur la localisation de ces splendides arbres. Vous pourrez ainsi non seulement les découvrir au fil des pages mais aussi aller à leur rencontre !

"Arbres de Belgique revisited", 256 pages. Prix: 30,00
. En vente à la boutique en néerlandais, en français et en anglais

Pour commander, cliquez ici.

Musa est le nom scientifique du bananier.

Editeur
Jardin botanique national de Belgique

Musa est réalisé par le Service Educatif avec la collaboration de la cellule informatique.

Rédacteur en chef
Dr Gert Ausloos
Photos
Jardin botanique national de Belgique, Roel Jacobs, Jos Poel, Wikimedia.

Si vous voulez également recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot subscribe dans votre mail. N'indiquez aucun sujet et évitez d'y ajouter votre signature. Merci.

Si vous ne voulez plus recevoir Musa, cliquez ici et écrivez le mot unsubscribe dans votre mail.

Toutes les informations pratiques, notamment concernant les heures d’ouverture et les tarifs ici.

Jardin botanique national de Belgique
Domaine de Bouchout
Nieuwelaan 38
1860 MEISE

02 260 09 70
info@br.fgov.be