Jardin botanique Meise

 Recherche

Etude des plantes et des champignons africains | Nederlands

Le Jardin botanique est actif dans la recherche fondamentale sur les plantes à fleurs ainsi que les algues, mousses, lichens et champignons. Etant donné que la plus grande richesse biologique est située dans les tropiques, beaucoup de résultats ont un lien direct avec la biodiversité des pays en développement. Le Jardin botanique mène cette recherche, autant que possible, en collaboration avec des scientifiques de ces pays en développement.

La découverte de nouvelles espèces

CongoLe Dr Piet Stoffelen du Jardin botanique a réalisé récemment la description scientifique de deux nouvelles espèces de caféier découverts au Cameroun. Il a ainsi dressé la « carte d’identité » des nouveaux arrivants, et mis en lumière leurs spécificités. La recherche fondamentale dans ce cas offre des perspectives économiques potentiellement intéressantes : les grains du café de Charrier (Coffea charrieriana) sont naturellement dépourvus de caféine – du décaféiné sur pied, en quelque sorte–, tandis que la café d’Anthony (Coffea anthonyi) est autofécondant, ce qui est rare chez les caféiers et peut faciliter la culture du café.

L’expertise en germination de plantes rares

En 2007, la banque de graines du Jardin botanique a lancé, en collaboration avec Gembloux Agro-Bio Tech (ULg), un programme de conservation de graines de plantes très rares : des plantes cupricoles du Katanga qui arrivent à pousser dans un sol à forte concentration en cuivre. Il s’agit d’affiner le processus de germination de ces graines et d’assurer la conservation de ces espèces uniques au monde.

L’étude des champignons comestibles

CongoLes champignons comestibles représentent une part importante de l’alimentation des populations d’Afrique Centrale. Malheureusement, les connaissances se perdent peu à peu au sein de la population, tandis que le rôle de ces organismes dans l’écosystème de la forêt tropicale est encore peu connu des mycologues (spécialistes en champignons). Les mycologues consignent non seulement les données biologiques sur les champignons eux-mêmes, mais aussi les données ethnomycologiques, c’est-à-dire la manière dont les Africains les utilisent et les coutumes qui y sont liées.

Dans le courant de l'année 2011, le JBNB publiera le livre "Les champignons comestibles des forêts denses d’Afrique Centrale".

Congo River 2010 : l’expédition scientifique

CongoEn 2010, 67 scientifiques multidisciplinaires, congolais, belges et internationaux, ont navigué sur le fleuve Congo durant 47 jours, ce fut un évènement sur le plan de la recherche, particulièrement en cette Année Internationale de la Diversité biologique. L’expédition a été organisée par le Musée royal de l’Afrique centrale (coordinateur), l’Université de Kisangani, l’Institut royal des Sciences naturelles de Belgique et le Jardin botanique national de Belgique. Cette expédition a permis de découvrir de nombreuses espèces nouvelles.

> En savoir plus sur l’expédition

 

Les quatre piliers de nos actions:

Le logo du Jardin botanique Meise Qui sommes-nous ?Mission | Histoire | Jobs | Volontariat | PartenairesSoutenez-nous | Contact | © 2017 Jardin botanique Meise Facebook Twitter Youtube Flickr Newsletter Issuu  Scribd