Jardin botanique Meise

 Recherche

La collaboration entre jardins botaniques et chercheurs africains | Nederlands

Le Central African Botanic Gardens Network

Le "Central African Botanic Gardens Network" (CABGAN) fait partie d’un réseau de jardins botaniques en Afrique. Le Jardin botanique a coordonné, en 2008, le deuxième congrès du CABGAN à Kisantu (RDC).

Le thème principal y était la réalisation d’un plan d’action du réseau des jardins botaniques africains. Ce réseau stimule la collaboration Nord-Sud et les échanges Sud-Sud.


Afficher Jardins botaniques de la RDC sur une carte plus grande

CongoLa réhabilitation du Jardin botanique de Kisantu (RDC)

Le Jardin botanique de Kisantu, fondé en 1901, est l’un des plus grands jardins botaniques d’Afrique Centrale. Il a une superficie de 225 ha et présente un musée, une bibliothèque, une serre de plantes grasses de 400 exemplaires, un herbier de 7.000 spécimens, une collection de plantes vivantes de plus de 3.000 espèces et plusieurs pergolas de plantes congolaises et introduites. Ce Jardin botanique était resté en assez bon état grâce à d’importants efforts au niveau local. Sa réhabilitation a été financée par l’Union européenne. Le Jardin botanique a assuré la direction du programme de restauration, en collaboration avec l’Institut des Jardins Zoologiques et Botaniques du Congo et du WWF (Fonds mondial pour la Nature). Il comprenait la rénovation des bâtiments, l’aménagement des collections et la formation du personnel. L’objectif : promouvoir Kisantu auprès des touristes au niveau national et international, mais aussi auprès de la population locale. Le programme de relance commencé en novembre 2004 s’est achevé en octobre 2008. Depuis janvier 2009, le programme de l’Union Européenne ECOFAC-RDC et le Jardin botanique assurent le suivi des activités techniques et scientifiques.

> Plus d’infos sur le Jardin botanique de Kisantu

Le Jardin botanique de Kinshasa (RDC)

Le Jardin botanique de Kinshasa a été créé en 1933 en plein centre ville. Sur une superficie de 7 ha, il compte aujourd’hui 100 espèces d’arbres. Des activités de réhabilitation ont été lancées par le Ministère de l’Environnement, Conservation de la Nature et Tourisme grâce à un appui de la France et avec le concours d’autres institutions et associations : l’Union européenne, l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN), le Jardin botanique et l’ONG « les Amis de la nature et des jardins ». Ainsi, aujourd’hui le jardin est devenu le point central de Kinshasa pour l’éducation à l’environnement et la vitrine des efforts de conservation de la nature réalisés dans les parcs et les réserves de la RDC.

Le Jardin botanique d’Eala-Mbandaka (RDC)

CongoSitué à 7 Km de Mbandaka, le Jardin botanique d’Eala couvre une superficie de 371 ha. Ses objectifs principaux sont de répertorier la richesse floristique de la région et d’étudier les potentialités agricoles de la cuvette centrale congolaise. C’est ainsi que le jardin a joué un rôle important dans l’essor de l’agriculture en RDC. Depuis 2009, grâce au programme ECOFAC de l’Union européenne, le Gouvernement a commencé la réhabilitation du jardin afin qu’il redevienne un centre de recherche et d’éducation environnementale pour la ville de Mbandaka. Le Jardin botanique accompagne la rénovation des bâtiments et des infrastructures.

La réhabilitation de l’herbier de Yangambi (RDC)

CongoLe Jardin botanique s’implique depuis 2009 pour réhabiliter l’un des plus grands herbiers de la RDC, situé à Yangambi, près de Kisangani. Il comprend 150.000 spécimens, parmi lesquels environ 1.200 types nomenclaturaux.

Avec le soutien financier de la Commission européenne ainsi que du Ministère français des Affaires étrangères, le Jardin botanique a assaini l’herbier, grâce à des fumigènes, des ravageurs qui le détruisaient (rats, insectes,...). L’objectif à court terme est de développer les collections et la recherche scientifique sur place. Ensuite, un programme de sensibilisation de la population locale sera mis sur pied comme à Kisantu, en vue de la protection de son patrimoine botanique.

Des stages pour développer la recherche africaine

Le Jardin botanique collabore avec l’Ecole Régionale postuniversitaire d'aménagement et de gestion intégrés des forêts et territoires tropicaux, un institut congolais dont l’action est supranationale.

La réalisation d’études pour une optimalisation des institutions

Le Jardin botanique a également participé à la réalisation d’un audit concernant le fonctionnement de l’Institut congolais de la Conservation de la Nature, responsable de tous les parcs nationaux du pays, et de l’Institut des Jardins zoologiques et botaniques du Congo. Ce travail a débouché sur la réorganisation des services en vue de leur assurer un meilleur fonctionnement.

Une expertise au service des institutions africaines

L’organisation Sud-Expert Plantes, financée par l’Institut de Recherche pour le Développement du Ministère français des Affaires étrangères, vise à attribuer des fonds à différents projets africains sur la biodiversité. Le Jardin botanique en est un partenaire important en raison de sa grande expertise dans ce domaine. Pour les projets en RDC, la fourniture de moyens de conservation des collections et l’extension ultérieure des collections de référence sont prioritaires, tandis qu’au Burundi, le projet aidera au démarrage de la rédaction d’une Flore.

Les quatre piliers de nos actions en Afrique:

Le logo du Jardin botanique Meise Qui sommes-nous ?Mission | Histoire | Jobs | Volontariat | PartenairesSoutenez-nous | Contact | © 2017 Jardin botanique Meise Facebook Twitter Youtube Flickr Newsletter Issuu  Scribd