Jardin botanique Meise

 Recherche

2014 - Le Jardin botanique Meise contribue à l’étude d’impact d’un projet minier et à l’inventaire d’un site Ramsar au Gabon | Nederlands

Congo Les forêts du Gabon sont les mieux préservées d’Afrique. Dans un pays grand comme la moitié de la France, environ 80% du territoire est couvert de forêts. Le Jardin botanique Meise développe un intérêt croissant pour l’étude de la flore gabonaise et est récemment devenu coéditeur de la Flore du Gabon. Olivier Lachenaud, chercheur au jardin, a visité le pays à 2 reprises en 2013 et en 2014 pour un total de 6 semaines, dans le cadre de missions de collecte organisées par le Missouri Botanical Garden, USA. Ces expéditions faisaient partie de 2 projets d’envergure, tous deux menés en partenariat avec l’Herbier National du Gabon et l’Institut de Recherche pour le Développement (Montpellier, France).

Le premier projet avait pour but l’étude d’impact environnemental du site minier potentiel de Mabounié, où prospecte actuellement la compagnie Eramet. Dans cette région se trouvent des gisements de terres rares, en particulier de niobium, un métal essentiel pour l’industrie électronique. Le site en question couvre 20 000 hectares de forêts sur collines et n’avait pas été étudié jusqu’à présent. Notre tâche était d’inventorier sa flore et d’identifier quelles espèces nécessitent des mesures de conservation particulières. Environ 30 espèces d’intérêt pour la conservation ont été identifiées, dont 5 sont des nouvelles espèces apparemment endémiques du site. Beaucoup de ces espèces sont liées aux bords de ruisseaux forestiers, un habitat vulnérable à l’exploitation minière en raison des changements de sédimentation qu’elle entraîne. Plusieurs parcelles ont été choisies pour évaluer l’impact des activités minières sur cet habitat. Des boutures des espèces les plus importantes ont également été prélevées pour mise en culture, dans le cadre d’un partenariat avec un jardinier hors pair, Jean-Philippe Biteau (Directeur de Jardi-Gab, Libreville).

Le second projet, répondant à une demande du WWF-Gabon et du Ministère des Eaux et Forêts, était un inventaire botanique préliminaire du site Ramsar du Bas-Ogooué. Ce vaste bassin a été classé en 2009 comme zone humide d’importance internationale, selon la convention de Ramsar. Il s’étend sur 862 000 hectares et montre une remarquable diversité d’habitats, notamment des prairies flottantes, des savanes, des forêts de terre ferme et différents types de forêts inondables. Mais sa flore reste mal connue. Nous avons visité 5 sites dans la région et découvert au moins 3 espèces nouvelles qui paraissent endémiques de la zone. Parmi les autres trouvailles de l’expédition figurent Macaranga letestui et Strombosia fleuryana, 2 taxons qui n’avaient pas été vus dans la nature depuis 1908 et 1912 respectivement, et que nous avons trouvés localement communs.

Ces voyages au Gabon ont fait beaucoup progresser nos connaissances sur la flore du pays, mais bien des merveilles restent encore à découvrir dans ces forêts tropicales.




Les quatre piliers de nos actions en Afrique:

Le logo du Jardin botanique Meise Qui sommes-nous ?Mission | Histoire | Jobs | Volontariat | PartenairesSoutenez-nous | Contact | © 2017 Jardin botanique Meise Facebook Twitter Youtube Flickr Newsletter Issuu  Scribd