Jardin botanique Meise

 Recherche

2014 - Reconstruction des changements climatiques en Afrique de l’Est sur base des diatomées | Nederlands

Congo Des événements climatiques extrêmes, comme de terribles sécheresses et de fortes inondations, ont récemment touché plusieurs régions d’Afrique de l’Est et ont eu un impact important sur le bien-être des populations locales et sur leurs systèmes socio-économiques.

Dans la région du Lac Challa, un lac de cratère situé au pied du Mont Kilimandjaro, le phénomène El Niño (aussi appelé ENSO) a une influence importante sur le régime climatique avec des pluies très fortes et des inondations pendant les années où survient El Niño, suivies de sécheresses intenses et prolongées pendant les années où survient La Niña. Sur base d’analyses de lames minces d’une carotte de sondage du Lac Challa, Wolff et al. (2011) ont découvert un lien étroit entre la variabilité inter-annuelle des précipitations et l’épaisseur des couches annuelles de sédiments, également connues sous le nom de varves : les plus épaisses correspondent à des conditions plus sèches et plus venteuses, les plus fines à des années humides avec moins de vent. L’épaisseur des varves est principalement déterminée par l’abondance des diatomées, des algues unicellulaires caractérisées par leur squelette siliceux. Des conditions venteuses mélangent la colonne d’eau et stimulent la croissance et la multiplication des algues grâce à la remontée d’eau profonde riche en nutriments.

Dans le cadre du projet PAMEXEA (PAtterns and Mechanisms of EXtreme weather in East Africa) financé par la Politique scientifique fédérale belge, nous étudions les changements de composition spécifique des communautés de diatomées préservées dans les couches de sédiments du Lac Challa. Nous rassemblons ainsi des données détaillées sur les changements saisonniers et les extrêmes climatiques survenus ces 500 dernières années. Presque toutes les varves ont été échantillonnées et des préparations permanentes de diatomées ont été réalisées puis analysées. L’interprétation de ces données s’appuie sur l’analyse effectuée sur le phytoplancton actuel du Lac Challa, échantillonné chaque mois durant un an.

Par ailleurs, chaque mois depuis décembre 2006, le contenu d’une trappe à sédiments a été échantillonné. Les modifications dans la composition du phytoplancton peuvent ainsi être suivies sur une période d’observation de 10 ans ou plus. La relation entre le phytoplancton actuel d’une part, et les données sur les précipitations annuelles liées à l’ENSO d’autre part, permettra de lier les modifications dans les assemblages fossiles de diatomées aux changements climatiques d’origine anthropique en Afrique de l’Est.

L’objectif du projet PAMEXEA est de fournir des pistes de réflexion aux décideurs dans les pays en développement en vue d’assurer une économie agricole durable et une gestion appropriée des ressources en eau dans un futur qui sera caractérisé par des changements climatiques, une pression démographique croissante et une raréfaction de ces ressources.

.




Les quatre piliers de nos actions en Afrique:

Le logo du Jardin botanique Meise Qui sommes-nous ?Mission | Histoire | Jobs | Volontariat | PartenairesSoutenez-nous | Contact | © 2017 Jardin botanique Meise Facebook Twitter Youtube Flickr Newsletter Issuu  Scribd