Jardin botanique Meise

 Recherche

2015 - Une belle avancée pour la Flore d’Afrique centrale | Nederlands

Congo L’année 2015 a été très productive pour la Flore d’Afrique centrale avec pas moins de neuf familles botaniques traitées et publiées. Un bon résultat après une longue période d’inactivité. Le Jardin botanique Meise est heureux de constater que les efforts déployés pour renforcer la production de la Flore portent leurs fruits.

Ces nouvelles publications augmentent de 107 le nombre d’espèces traitées dans la série et portent le total à environ 6 100, alors qu’on estime à 4 000 le nombre d’espèces non encore publiées. Au cours de l’année 2015, une production moyenne de 2 espèces par semaine a ainsi été atteinte. Bien que cela semble déjà raisonnable, notre objectif est bien de traiter, en moyenne, 5 espèces par semaine. C’est seulement à ce rythme que nous pourrons atteindre notre objectif, à savoir de terminer cette œuvre monumentale d’ici 2028.

Pour ce faire, nous comptons sur une importante équipe d’experts en taxonomie de par le monde, qui se sont engagés à contribuer à ce travail. La tâche de ces chercheurs est énorme. Ils doivent examiner minutieusement tous les spécimens d’herbier en provenance d’Afrique centrale, disponibles principalement à Meise, mais aussi ailleurs, étudier la variabilité au sein et entre les espèces et attribuer le nom correct à chacune d’elles. C’est seulement alors qu’ils sont en mesure de publier leur travail incluant des clés d’identification conviviales. Ces clés sont l’essence même d’une Flore et constituent les indispensables outils sur lesquels fonder de nouvelles recherches. Elles permettent en effet à d’autres d’identifier les plantes appartenant à des familles particulières. Ces clés sont utilisées à diverses fins et par un large éventail de professionnels, comme l’écologue qui cherche à découvrir quels fruits sont consommés par certains oiseaux, le biologiste de la conservation qui veut élaborer un plan de gestion spécifique pour une plante rare ou menacée, ou le botaniste qui doit effectuer une étude d’impact environnemental à la demande d’une société minière. En résumé, sans Flore, il est beaucoup plus difficile d’aboutir à un plan efficace d’utilisation durable et de protection des ressources botaniques. C’est ce qui motive notre institution à poursuivre ce grand projet.

Récemment, le Jardin botanique Meise a rejoint une initiative encore plus large et ambitieuse : le projet World Flora Online. Ce consortium, qui englobe un grand nombre d’institutions botaniques renommées, vise à atteindre l’objectif 1 de la Stratégie mondiale pour la conservation des plantes et à créer, d’ici 2020, la première version web d’une Flore mondiale pour toutes les espèces connues. Nos efforts en vue d’achever la Flore d’Afrique centrale, mais aussi d’autres travaux réalisés au Jardin botanique Meise, comme la Flore de Belgique et la Flore du Gabon, trouvent bien leur place dans le contexte de ce défi mondial.



 

Les quatre piliers de nos actions en Afrique:

Le logo du Jardin botanique Meise Qui sommes-nous ?Mission | Histoire | Jobs | Volontariat | PartenairesSoutenez-nous | Contact | © 2017 Jardin botanique Meise Facebook Twitter Youtube Flickr Newsletter Issuu  Scribd