Jardin botanique Meise

 Recherche

2015 - Le jardin écologique de Matebe (République démocratique du Congo) : aménagement vert et renforcement des capacités dans une zone post-conflit | Nederlands

Congo En 2015, le Jardin botanique Meise a consolidé sa collaboration avec deux institutions qui œuvrent pour la conservation in situ dans l’est de la République démocratique du Congo (RDC) : l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) et la Virunga Foundation.

L’année a été marquée par l’achèvement de la construction de la centrale hydroélectrique de 14 MW à Matebe, Nord-Kivu, en bordure du parc national des Virunga. Le 16 décembre, la centrale a été officiellement inaugurée par le président de la RDC, S.E.M. Joseph Kabila, et M. Howard Buffet, président de la Buffet Foundation. L’énergie propre et durable produite à Matebe sera un moteur de dé- veloppement de cette région très peuplée, déchirée par des années de guerre et tout récemment pacifiée.

Le rôle de notre Jardin a été de fournir l’expertise à l’ICCN et à la Virunga Foundation pour l’aménagement paysager de la centrale et pour le programme d’éducation environnementale afin de relier ce grand projet de développement à la mission centrale du Parc : la conservation de la nature in et ex situ.

Les principaux objectifs des activités du Jardin à Matebe ont été :

  • l’harmonisation de la centrale hydroélectrique avec le paysage naturel ;
  • la restauration des habitats dégradés ;
  • la promotion de l’éducation environnementale auprès des écoles, de la société civile, des médias et des décideurs dans le Nord-Kivu.

CongoL’aménagement vert du site de la centrale hydroélectrique a été un défi à la fois complexe et intéressant : une expérience unique pour le Jardin botanique ! Le site a été reverdi grâce à un énorme effort de plantation en utilisant, autant que possible, les plantes locales. Malheureusement, il était impossible de s’approvisionner de grandes quantités d’arbres et d’arbustes locaux et d’ornement dans la région, aussi des pépinières ont-elles été installées sur place pour la production des plantes et la multiplication des espèces locales, surtout les plus menacées.

Une haie de plantes ornementales de 500 m (environ 2 000 plantes) et un alignement d’arbres (60 jacarandas) ont été plantés le long du canal et 600 m de talus ont été stabilisés contre l’érosion grâce à la plantation de vétiver, de bambous et d’autres espèces locales.

Le site de la centrale (environ 7 ha de « brousse ») a été réorganisé d’une manière rationnelle et éducative par l’aménagement de parcelles abritant différents écosystèmes congolais et de potagers modèles pour sensibiliser les visiteurs à l’importance des plantes.

Le Jardin botanique Meise s’est particulièrement investi dans la formation et le renforcement des capacités humaines. Des jardiniers-agronomes ont été sélectionnés pour suivre une formation sur le terrain. Une équipe de cinq jardiniers assure désormais la durabilité de l’intervention et l’entretien des pépinières ; les experts de Meise continueront l’encadrement afin d’améliorer les connaissances des agronomes.

En 2016, le «Jardin écologique de Matebe», nom choisi par la Virunga Foundation pour désigner le jardin de la centrale, deviendra un centre d’éducation et de tourisme. La plantation de différents écosystèmes congolais sera finalisée et une série de panneaux explicatifs sur les plantes, les hommes et l’environnement sera implantée sur le site. L’objectif est d’éduquer le grand public à la beauté, aux qualités et aux usages des plantes et au rôle essentiel des hommes au sein des écosystèmes.

Le défi pour la Virunga Foundation et notre Jardin dans les années à venir est de construire une conscience environnementale dans cette région, qui reste pour l’instant une zone post-conflit.

Pour l’année 2016 les objectifs sont les suivants :

  • mettre en valeur auprès de la population le rôle du parc, pour préserver une des régions les plus riches d’Afrique en biodiversité ;
  • renforcer le lien entre le parc, les services fournis par les écosystèmes et le développement dans un « jardin botanique moderne » autour d’une source d’énergie durable ;
  • sensibiliser à l’importance des plantes et des écosystèmes (en exposant des plantes d’autres régions de la RDC) ;
    lancer un programme de formation pour les guides ;
  • former des étudiants pour les professions et les emplois liés à la botanique (horticulture durable, agriculture et sylviculture) ;
  • organiser des visites pour les écoles.

Le succès du Jardin botanique Meise dans l’aménagement vert de la centrale hydroélectrique de Matebe démontre qu’il est possible d’intégrer les infrastructures à l’environnement et de concilier le développement économique de la région avec le renforcement des capacités locales dans la gestion des activités botaniques et la promotion de l’éducation environnementale.




Les quatre piliers de nos actions en Afrique:

Le logo du Jardin botanique Meise Qui sommes-nous ?Mission | Histoire | Jobs | Volontariat | PartenairesSoutenez-nous | Contact | © 2017 Jardin botanique Meise Facebook Twitter Youtube Flickr Newsletter Issuu  Scribd